Accéder au contenu principal
Italie / Soudan / Erythrée

Italie: l'Erythréen présenté comme un trafiquant de migrants bientôt libre?

Présenté comme un redoutable criminel, le jeune Erythréen avait fait plusieurs fois la une des journaux. Ici à son arrivée à Palerme, 8 juin 2016.
Présenté comme un redoutable criminel, le jeune Erythréen avait fait plusieurs fois la une des journaux. Ici à son arrivée à Palerme, 8 juin 2016. Italian Police Department/Handout via REUTERS

En Sicile, le jeune Erythréen présenté comme le chef de l'un des plus importants réseaux de trafiquants de migrants en Afrique doit comparaître ce lundi matin 4 juillet devant un juge de Palerme. La justice doit se prononcer sur une demande de remise en liberté introduite par son avocat. Après son arrestation au Soudan, puis son extradition en Italie, un doute s'était imposé sur sa véritable identité.

Publicité

Les autorités italiennes l'avaient présenté comme l'un des plus redoutables gangsters d'Afrique. Menottes aux poignets, encadré par deux policiers, ce jeune Erythréen avait même fait la une de plusieurs journaux début juin, après son arrestation au Soudan, puis son extradition en Italie.

Mais le doute s'était imposé rapidement, après que ses sœurs et plusieurs amis avaient révélé que le jeune homme arrêté n'était pas Medhanie Merid, le trafiquant notoire, mais Medhanie Tesfamariam, un réfugié érythréen ordinaire.

Pourtant, la justice italienne avait décidé de le maintenir en détention à Palerme.

Aujourd'hui, son avocat va présenter au juge plusieurs témoignages le disculpant : des membres de sa famille, des documents prouvant sa vraie identité, et plusieurs témoignages de victimes du vrai trafiquant, qui disent n'avoir jamais vu le jeune homme en détention.

Le juge doit donc se prononcer sur sa remise en liberté provisoire. Mais l'affaire ne devrait pas être close pour autant. Si les autorités judiciaires italiennes disent attendre des expertises pour clore le dossier, il s'agit également pour elles de sortir la tête haute de ce qui pourrait bien être une erreur judiciaire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.