Accéder au contenu principal
Mali

Mali: deuil national et état d'urgence décrété après l'attaque de Nampala

Ibrahim Boubacar Keïta a décidé de réinstaurer l'état d'urgence au Mali.
Ibrahim Boubacar Keïta a décidé de réinstaurer l'état d'urgence au Mali. Pierre Rene-Worms/RFI

Après l'attaque de la base militaire de Nampala, mardi, dans le centre du Mali, au cours de laquelle 17 soldats ont été tués, le gouvernement a décrété mercredi soir 20 juillet un deuil national de trois jours. L'état d'urgence a également été réinstauré. Le président assistera à un hommage aux morts à Ségou.

Publicité

Un deuil de trois jours est décrété sur tout le territoire national et les drapeaux seront mis en berne après l'attaque meurtrière d'un camp de l'armée à Nampala mardi. Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a également pris la décision d’instituer à nouveau l’état d’urgence pour dix jours. Cette mesure doit permettre, explique un collaborateur du chef de l’Etat, d’engager de rapides procédures sur tout le territoire national afin d’assurer la sécurité des biens et des personnes.

Et pour rendre hommage aux militaires disparus, le président IBK a décidé de se rendre lui-même à Ségou, à 240 kilomètres au nord de Bamako. C’est le chef-lieu de la région administrative dont dépend la localité de Nampala. Sur place, il y aura aussi une visite aux militaires blessés ou hospitalisés.

→ A (RE)LIRE : Attaque de Nampala au Mali : « Deux revendications pour une même action »

Sur le terrain, un calme précaire règne à Nampala. Mercredi après-midi, un élu de la ville a rapporté à RFI que deux véhicules suspects rodaient à la périphérie de la localité endeuillée. S’agit-il des mêmes assaillants qui ont attaqué le camp ? Ont-ils l’intention de poser des mines ? S’interroge cet interlocuteur.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.