Accéder au contenu principal
Maroc/Niger

Lutte contre Boko Haram: le Maroc promet son aide militaire au Niger

Des soldats nigérians lors d'une opération menée contre la secte Boko Haram, le 8 novembre 2015.
Des soldats nigérians lors d'une opération menée contre la secte Boko Haram, le 8 novembre 2015. REUTERS/Stringer

Le royaume chérifien a annoncé qu'il fournira des équipements aux autorités de Niamey pour faire face aux attaques récurrentes de la secte islamiste Boko Haram en provenance du Nigéria voisin. Les équipements fournis par Rabat devraient être des armes non létales et des équipements dits « sécuritaires. » Le Maroc, en pleine offensive diplomatique sur le continent, entend marquer des points face à Alger en matière de lutte anti-terroriste en Afrique et dans le Sahel.

Publicité

Selon un député contacté par RFI, les contours de cette aide militaire seront détaillés mercredi au Parlement à Rabat. En 2014 déjà, le Maroc avait encadré la formation de 200 militaires maliens aux techniques de lutte anti-terroriste.

Au plan spirituel, le pays est de plus en plus courtisé sur le continent, pour son modèle de tolérance religieuse censé barrer la route au fondamentalisme. En près de trois ans, le Maroc a formé des centaines d’imams en provenance de Mali, de Guinée ou de Côte d’Ivoire.

L’annonce de cette aide militaire au Niger intervient moins de deux semaines après que le Maroc ait officialisé son retour au sein de l’Union africaine. Un retour conditionné à la fin de la reconnaissance par l’ensemble des Etats membres de la République arabe sahraoui au Sahara occidental, soutenue par Alger.

Le Maroc dispose déjà de l’accord officiel de 28 Etats d’Afrique, mais n’a toujours pas obtenu l’assentiment du Niger. L’engagement marocain dans sa lutte contre Boko Haram pourra s’avérer un argument de poids pour infléchir la position de Niamey en faveur du royaume chérifien.

A (RE)LIRE → Union africaine: la stratégie marocaine
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.