Accéder au contenu principal
Soudan du Sud

Soudan du Sud: l'ONU pointe les exactions de l'armée lors des violences à Juba

Des soldats et policiers sud-soudanais montent la garde dans une rue à Juba, le 10 juillet, lors des violences qui ont frappé la capitale.
Des soldats et policiers sud-soudanais montent la garde dans une rue à Juba, le 10 juillet, lors des violences qui ont frappé la capitale. REUTERS/Stringer

Au Soudan du Sud, les soldats de l'armée gouvernementale sont accusés d’avoir commis des exactions. Selon un communiqué du haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, daté du jeudi 4 août, les soldats sud-soudanais se sont rendus coupables de crimes lors des récents affrontements à Juba.

Publicité

Des viols, des meurtres, des pillages, les conclusions du Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l'homme, sont accablantes pour l’armée sud-soudanaise.

Les forces gouvernementales du président Salva Kiir ont combattu, du 8 au 11 juillet les ex-rebelles de l'ancien vice-président Riek Machar. D'après l'ONU, ces affrontements ont fait 300 morts, poussé 60 000 personnes à fuir le pays et mis en péril l’accord de paix signé en août 2015.

Le haut-commissariat aux droits de l’homme l’assure. Les cas de violences sexuelles, répertoriés à Juba entre le 8 et le 25 juillet, s’élèvent à 217.

Les femmes de l’ethnie Nuer, celle de Riek Machar, sont les plus touchées. Les enquêtes préliminaires de l'instance onusienne font aussi état de destructions de propriétés par les soldats. Plus d'une centaine d'autres femmes et filles ont été violées alors qu'elles fuyaient Juba par le Sud-ouest de la ville.

La mission de l'ONU au Soudan du Sud évoquait déjà lundi de probables crimes contre l'humanité ou des crimes de guerre. Le haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Zeid Ra'ad Al-Hussein appelle le Conseil de sécurité à prendre des mesures « urgentes » contres ces exactions.

A (RE)LIRE → La guerre revient-elle au Soudan du Sud?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.