Accéder au contenu principal
Madagascar

Meurtre de Français à Madagascar: le point sur l'enquête

Trois jours après le double meurtre, une enquête de voisinage est effectuée à une dizaine de mètres d'où ont été retrouvés les corps.
Trois jours après le double meurtre, une enquête de voisinage est effectuée à une dizaine de mètres d'où ont été retrouvés les corps. RFI/Sarah Tétaud

Mercredi soir, le parquet de Paris s’est saisi du dossier. La France a pu ainsi proposer officiellement son aide à Madagascar. Si les autorités malgaches acceptent, la France pourrait envoyer très rapidement des techniciens de police scientifiques et prendre en charge l’autopsie des corps. « L’enquête ouverte pour assassinat avance », selon les autorités. Mais de manière surprenante. RFI s’est entretenu avec les différents responsables de la justice, de la police et de la gendarmerie.

Publicité

Ce jeudi matin, ils sont toujours sept individus à être gardés à vue. Deux femmes et cinq hommes. Un Français fait partie des suspects. Cinq d’entre eux résident à Sainte-Marie, les deux autres viennent de Tamatave. Pour le moment, seules les quatre personnes qui étaient en boite de nuit le soir du meurtre ont été auditionnées.

Le procureur a dressé le profil du Français : la vingtaine, animateur-plongeur et ex-petit ami de la victime. Etrangement, le représentant du gouvernement ne disposait d’aucune information sur les autres suspects.

La plage où ont été retrouvés les corps est encerclée de maisonnettes. Pourtant, ici, personne n’a rien vu ni entendu. La loi du silence règne. Questionnées sur la possibilité que des témoins aient pu être payés pour se taire, les autorités n’ont pas démenti.

Mercredi 24 août, presque quatre jours après le drame, la plage a enfin été ratissée par les enquêteurs, et les maisons aux alentours ont finalement fait l’objet d’enquêtes de voisinage.

Des proches du dossier déplorent un manque de moyens. Sur le terrain, il n’y a que cinq enquêteurs pour chercher des indices. A la caserne, les auditions sont rythmées par les coupures de courant. Il n’y a plus d’encre depuis deux jours dans l’unique imprimante qui sert aux dépositions.

Néanmoins, l’avancée se situe dans l’arrivée d’une psychologue sur l’île. Elle sera présente jusqu’à vendredi et recevra tous ceux qui en auraient besoin. Ce jeudi 25 août, à 14h30, une marche silencieuse respectueuse des traditions funéraires malgaches doit avoir lieu à Sainte-Marie en hommage aux victimes.

A (RE)LIRE → Madagascar: deux jeunes bénévoles français retrouvés morts à Sainte-Marie

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.