Accéder au contenu principal
Maroc

Indignation au Maroc après la mort tragique d'un marchand de poisson

De nombreux internautes se sont émus du décès tragique de Mouhcine Fikri sur les réseaux sociaux.
De nombreux internautes se sont émus du décès tragique de Mouhcine Fikri sur les réseaux sociaux. Twitter

La mort tragique d'un vendeur de poisson, broyé par une benne à ordures, a suscité une vague d'indignation au Maroc, où des milliers de personnes ont participé ce dimanche 30 octobre dans le calme à ses funérailles.

Publicité

Mouhcine Fikri, un marchand de poisson d'une trentaine d'années, est décédé vendredi soir à Al-Hoceima, dans le nord du Maroc, happé par une benne à ordures alors qu'il tentait apparemment de s'opposer à la saisie et à la destruction de sa marchandise par des agents de la ville.

Les circonstances effroyables de sa mort, filmée sur un téléphone portable et diffusée sur internet, ont choqué la population. Une photo de la victime inanimée, la tête et un bras dépassant du mécanisme de compactage, a été largement diffusée sur les réseaux sociaux, qui ont relayé plusieurs appels à manifester dans tout le pays, et notamment dans la capitale Rabat. Dimanche, des milliers de personnes ont participé aux funérailles de Mouhcine.

Les circonstances exactes de sa mort restent encore à établir. Les autorités l'ont forcé à se débarrasser de plusieurs caisses d'espadon, une espèce dont la pêche est interdite. « La marchandise avait une valeur importante. Le vendeur s'est jeté pour sauver ses poissons et a été écrasé dans la machine », a expliqué à l'AFP Fassal Aoussar, représentant local de l'Association marocaine des droits de l'Homme.

Des smartphones brandis à bout de bras, au milieu des pancartes. Le rassemblement est retransmis en direct via les réseaux sociaux...

Le spectre du 20 février

En visite à Zanzibar en Tanzanie au terme d'une importante tournée diplomatique en Afrique de l'Est, le roi Mohammed VI a dépêché sur place son ministre de l'Intérieur Mohammed Hassad pour « présenter les condoléances et la compassion du souverain à la famille du défunt », indique un communiqué du ministère. Le roi a donné des instructions « pour qu'une enquête minutieuse et approfondie soit diligentée ».

Longtemps délaissée sous le règne de Hassan II, la région a une réputation de frondeuse et entretient des relations difficiles avec le pouvoir central marocain. Elle fut aussi l'un des principaux foyers de la contestation lors du mouvement du 20 février, la version marocaine des Printemps arabes en 2011.

(Avec AFP)

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.