Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire

Référendum en Côte d'Ivoire: les résultats partiels donnent le «Oui» en tête

Comptage des bulletins dans un bureau de vote d'Abidjan, le 30 octobre 2016.
Comptage des bulletins dans un bureau de vote d'Abidjan, le 30 octobre 2016.

En ce mardi 1er novembre, les journalistes ne savent plus à quels saints se vouer pour obtenir les résultats définitifs du référendum sur la nouvelle Constitution, mais avec un peu de patience la commission électorale indépendante devrait pouvoir fournir la synthèse nationale d’ici la fin de la nuit. En tout cas, on progresse dans la longue litanie des résultats par région ou par district.

Publicité

Ainsi, sur Abidjan on sait que certaines communes comme Abobo ont voté à 93 % pour le OUI à la Constitution avec un taux de participation de 59%. A l’inverse, peu de mobilisation sur Port-Bouët avec 23% de participants et 88 % de votants favorables au OUI. A Yopougon, autre grosse commune d’Abidjan, 39 % de participation dimanche pour 94 % de OUI.

Enfin, dans des régions qui ont été émaillées dimanche d’actions violentes des partisans du boycott, comme le Goh, le taux de participation est seulement de 21 % avec une majorité de 94 % pour le bulletin vert du OUI.

A l’inverse, la région du Worodougou, département de Séguéla et Kani, a atteint des records avec presque 89 % de participants et 99,72 % de OUI.

A chaque fois, les résultats partiels donnent largement le OUI en tête. Un résultat d’autant plus net que les opposants à la nouvelle Constitution ont refusé de prendre part au référendum en le boycottant. L'opposition n’a d'ailleurs pas attendu les résultats définitifs pour dénoncer les chiffres officiels.

Dès lundi, le Front populaire ivoirien tendance Aboudramane Sangaré annonçait des taux de participation avoisinant les 5 % et dénonçait vigoureusement le projet de monarchisation du pouvoir en Côte d’Ivoire. L’autre tendance du FPI dirigée par le président Pasacal Affi N'Guessan évoquait lui une participation à 7 % dimanche et dénonçait lui aussi les conditions de déroulement du scrutin et de la conception de cette Constitution. La coalition du NON, elle représenté par Bamba Morifere évoque « des falsifications grossières » et « le non-respect des procédures de proclamations des résultats ».

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.