Accéder au contenu principal
Ethiopie

Ethiopie: un remaniement ministériel inédit, plus ouvert aux Oromos

Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn (ici le 11 octobre), a procédé mardi 1er novembre à un vaste remaniement ministériel
Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn (ici le 11 octobre), a procédé mardi 1er novembre à un vaste remaniement ministériel Reuters/Tiksa Negeri

Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, a procédé mardi 1er novembre à un vaste remaniement ministériel, marqué par un effort d'ouverture vers l'ethnie oromo pour répondre aux aspirations des tenants de l'actuelle contestation antigouvernementale, sans précédent depuis 25 ans.

Publicité

Moins de Tigréens et plus d’Oromos, c’est la formule de ce nouveau gouvernement éthiopien censé marquer une volonté de réforme. Deux poids lourds sortent du gouvernement : le ministre de la Communication Getachew Reda, qui paye son impopularité, et le ministre des Affaires étrangères Tedros Adhanom, de toute façon très occupé à faire campagne pour devenir le prochain directeur de l’OMS.

Pour la première fois, cinq ministres qui ne sont pas membres du parti au pouvoir font leur entrée. Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn a voulu un gouvernement plus technocrate et moins politique. Sur le fond, les historiques du régime, ceux qui sont aux affaires depuis 25 ans en Ethiopie, restent en place.

Ce remaniement a peu de chance de satisfaire les manifestants qui contestent la domination sans partage du pouvoir et la brutalité des forces de sécurité. Les autorités éthiopiennes ont également fait un geste en libérant plus de 2 000 personnes arrêtées depuis l’instauration de l’état urgence il y a 3 semaines.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.