Accéder au contenu principal
Niger/Terrorisme

Attaque de Bani Bangou au Niger: une démonstration de force du groupe EI?

Paysage sahélien un jour d’Harmattan au Niger. «Pour le moment, dit un haut gradé, El-Sarahoui ne prend pas trop de risques, il attaque des no man's land.»
Paysage sahélien un jour d’Harmattan au Niger. «Pour le moment, dit un haut gradé, El-Sarahoui ne prend pas trop de risques, il attaque des no man's land.» © IRD / Florence Boyer

Cinq morts, trois blessés, quatre disparus, c'est le bilan de l'attaque terroriste survenue mardi 8 novembre au Niger à Bani Bangou, contre des positions militaires nigériennes. L'attaque, qui n'a pas été revendiquée, est survenue à proximité de la frontière malienne, et c'est d'ailleurs vers le Mali que se sont enfuis les assaillants. Analyse.

Publicité

Même zone, même mode opératoire, même repli vers le nord du Mali : l'attaque menée mardi à Bani Bangou ressemble à une nouvelle démonstration de force du groupe Etat islamique, et de son récemment adoubé chef au Sahel, Abou Walid el-Sahraoui.

« Le lien est clair, confirme une source militaire internationale basée au Mali, c'est une façon de montrer de quoi il est capable. » Abou Walid el-Sahraoui, ancien cadre du Mujao puis d'Aqmi dans le nord du Mali, a revendiqué trois attaques depuis début septembre, au Burkina et au Niger. Il est fortement soupçonné d'être derrière trois autres, au Niger, dont celle du 8 novembre.

« Pour le moment, poursuit ce haut gradé, El-Sarahoui ne prend pas trop de risques, il attaque des no man's land. » Selon cette source, Abou Walid el-Sarahoui s'appuie sur d'anciens combattants du Mujao, « peut-être vingt ou trente, sans compter les très nombreux sympathisants », pour la plupart natifs de la région de Gao, au Mali.  « Il n'ose pas encore attaquer à Menaka ou Ansongo, au Mali, poursuit ce fin connaisseur du terrain sahélien, car la présence militaire y est plus forte. » Et de conclure : « Notre crainte, c'est qu'il se décide ».

→ A (re)lire : Niger: attaque meurtrière contre des militaires près de la frontière malienne

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.