Accéder au contenu principal
Maroc

Maroc: silence du gouvernement malgré la contestation grandissante dans le Rif

Des manifestants dénoncent les exactions policières et la corruption, dans la ville d'Al Hoceima au Maroc, le 31 mai 2017.
Des manifestants dénoncent les exactions policières et la corruption, dans la ville d'Al Hoceima au Maroc, le 31 mai 2017. REUTERS/Youssef Boudlal

Le Maroc vit au rythme du mouvement de protestation du Rif où trois jours de grève générale ont été décretés ce jeudi 1er juin. Des manifestations de soutien ont également été organisées dans plusieurs grandes villes avant d'être dispersées par la police. Mais le silence du gouvernement et du Premier ministre Saad Eddine el Othmani agace les contestataires.

Publicité

Depuis le début de cette nouvelle crise du Rif, le Premier ministre ne s'est pas exprimé publiquement. Son silence a fait réagir les associations de la société civile, des partis politiques et même le Parlement.

Finalement, Saad Eddine el Othmani a évoqué la situation en Conseil des ministres ce jeudi. Une vidéo de quelques secondes a été diffusée, sur laquelle le chef du gouvernement apparait incitant ses ministres à s'impliquer dans la réalisation des projets lancés en 2013 dans la région du Rif et qui ne sont pas allés à leur terme.

« Les gens d'Al Hoceima, ce sont nos fils », a-t-il déclaré, reconnaissant aux protestataires le droit de manifester, tout en indiquant la nécessité de garantir la stabilité du pays. Sans pour autant évoquer le dialogue avec les protestataires du Rif.

Dialogue

En parallèle, la coalition qui constitue la majorité du gouvernement a publié un communiqué signé par les six partis qui la composent, dont le PJD. Le document salue le choix du dialogue des autorités locales.

Des activistes critiquent la banalité des propos du Premier ministre et réclament pour la population du Rif du travail et de la considération. Ils ont annoncé une grève générale de trois jours qui débute ce vendredi. Ils demandent la libération de leurs prisonniers et assurent ne pas vouloir reculer.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.