Accéder au contenu principal
Mali/Islamisme

Mali: l'ex-chef de la «police islamique» de Gao condamné à 10 ans de prison

Aliou Mahamar Toure, ici filmé en septembre 2012, a été condamné à 10 ans de prison par la Cour d'assise de Bamako.
Aliou Mahamar Toure, ici filmé en septembre 2012, a été condamné à 10 ans de prison par la Cour d'assise de Bamako. AFP

La justice malienne a condamné vendredi 18 août à 10 ans de prison Aliou Mahamar Touré, surnommé le « coupeur de mains » de Gao, ville du nord Mali contrôlée par les jihadistes entre 2012 et 2013 dont il était le chef de la « police islamique ».

Publicité

Aliou Mahamar Touré, ex-chef de la « police islamique » de Gao, ville du nord Mali contrôlée par les jihadistes entre 2012 et 2013, qui était accusé notamment d'avoir coupé la main à des voleurs présumés, a été condamné ce vendredi 18 août à 10 ans de prison par la Cour d'assises de Bamako.

« La Cour déclare l'accusé coupable de tous les faits qui lui sont reprochés, mais avec des circonstances atténuantes, et le condamne à une peine de 10 ans de réclusion criminelle », a déclaré le président de la Cour d'assises à l'issue d'un procès qui s'était ouvert vendredi matin dans la capitale malienne.

« Je m'attendais quand même à une peine plus lourde. Les crimes de guerre sont établis (...) Mais c'est un procès pour l'Histoire. La Cour a reconnu coupable l'accusé », a réagi un avocat des parties civiles, également président de l'Association malienne de défense des droits de l'homme (AMDH), maître Moctar Mariko.

« Je regrette la peine infligée à mon client. On n'a pas apporté des preuves irréfutables. En outre, de gros calibres impliqués dans des crimes au nord du Mali pendant l'occupation (des jihadistes) sont à l'air libre, alors que notre client n'était qu'un second couteau », a pour sa part déploré un avocat de la défense, maître Tiessolo Konare.

Il n'a jamais été prouvé que mon client a amputé qui que ce soit.

Maître Tiéssolo Konaré, avocat de la défense

Arrêté en décembre 2013 par les forces armées maliennes, Aliou Mahamar Touré, « l'ancien commissaire islamique » de Gao, plus grande ville du nord du Mali, était notamment accusé d'avoir coupé une main à des voleurs présumés et fouetté en public des femmes qui ne portaient pas le voile islamique. Au moins huit de ses victimes présumées étaient présentes à l'audience, face à un jury composé de quatre civils, du président de la cour et de deux magistrats assesseurs.

Justice à até rendue. En réalité,nous avons été des victimes de l'occupation.

Issa Idrissa Maiga, membre de la partie civile

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.