Accéder au contenu principal
Mali

Mali: «Ras Bath» quitte «Antè A Bana» et réclame l’alternance en 2018

Lors d'une manifestation de la coalition Ante A Bana contre le référendum constitutionnel au Mali, le 17 juillet 2017.
Lors d'une manifestation de la coalition Ante A Bana contre le référendum constitutionnel au Mali, le 17 juillet 2017. Habibou KOUYATE / AFP

Après avoir obtenu du président malien de « surseoir à l’organisation d’un référendum sur la révision constitutionnelle », la plateforme « Antè A Bana » - « Touche pas à ma Constitution » - marque le pas. Composée de partis politiques et d’associations, le collectif vole même en éclat. L’activiste « Ras Bath » quitte la plateforme avec un nouvel objectif : l’alternance en 2018.

Publicité

Il était l’une des icônes de la plateforme « Antè A Bana ». L’activiste malien Mohamed Youssouf Bathily, dit « Ras Bath », vient de se trouver un nouvel objectif : l’alternance politique en 2018. « Alternance 2018. Comme ce mot le dit, il s’agit de changer le système en cours par un autre système. En 2018, il y a beaucoup d’élections dont celles du président, des députés, des régionales, une partie des municipales », explique le chroniqueur indépendant, qui entend mener désormais ce nouveau combat à la tête de son association, le Collectif pour la défense de la République (CDR).

Au Mali, l’homme soulève des foules. Mais sera-t-il candidat à la prochaine élection présidentielle ? « Personnellement non », assure-t-il à RFI. « Nous constituons une veille citoyenne et sentinelle de la démocratie et de la bonne gouvernance. »

Courtisé par les politiques

Très populaire dans une frange de la société, « Ras Bath » est aussi très courtisé par les hommes politiques maliens. « Effectivement, aussi bien au niveau de la majorité que de l’opposition, ils voient qu’on pourrait leur servir de réservoir », confie-t-il. Et ces courtisans viennent le démarcher en permanence, assure-t-il : « A tout moment : des coups de téléphones, des émissaires… La nuit, le jour, des rencontres pour échanger. »

Interroger sur un éventuel appel à voter pour l’un ou l’autre des candidats à ces futures élections, « Ras Bath » reste encore allusif. « Nous allons nous atteler à aider à renforcer les capacités des citoyens à pouvoir détecter les bons programmes de sociétés et les bons candidats », expose-t-il. Et, poussé dans ses derniers retranchements, l’activiste commence par dresser le portrait-robot de ce qu’il appelle le « bon candidat » à la future élection présidentielle malienne.

Le 26 juillet dernier, « Ras Bath » a été condamné à un an de prison ferme et 100 000 francs CFA d'amende pour « incitation à la désobéissance des troupes » lors d'une chronique diffusée en juillet 2016 sur une radio locale malienne. Ses avocats ayant fait appel de cette décision, il reste libre en attendant le nouveau procès.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.