Accéder au contenu principal
Soudan du Sud

Soudan du Sud: à peine entré en vigueur, le nouveau cessez-le-feu est un échec

Un hélicoptère du Programme alimentaire mondial quitte un village au Soudan du Sud, en février 2017. La sécheresse qui accable le pays pourrait aggraver la crise.
Un hélicoptère du Programme alimentaire mondial quitte un village au Soudan du Sud, en février 2017. La sécheresse qui accable le pays pourrait aggraver la crise. REUTERS/Siegfried Modola/File photo

L’accord obtenu jeudi 21 décembre, à l'issue de quatre jours de négociations placées sous l'égide de l'organisation régionale Igad, est entrée en vigueur dimanche 24 décembre, mais il n'a tenu que quelques heures. L'échec de ce nouvel accord et la situation humanitaire au Soudan du Sud oblige la communauté internationale à chercher rapidement d'autres solutions pour ce pays déchiré par la guerre civile depuis fin 2013.

Publicité

Ce cessez-le-feu était, en quelque sorte, une revitalisation de celui d'août 2015. Un accord qui n'a duré que quelque mois avant la reprise des combats.

Réclamé depuis de longs mois par la communauté internationale, ce nouvel accord est le premier conclu depuis les intenses combats qui ont secoué la capitale, Juba, en juillet 2016. Les belligérants devaient cesser immédiatement leurs hostilités et garantir la protection des civils et l'accès de l'aide humanitaire.

Cet échec, annoncé en amont par certains responsables politiques au Soudan du Sud, pousse ces responsables à appeler à mettre Juba sous tutelle de l'ONU et de l'Union africaine.

D'autres voix, comme le groupe d'Union nationale - un rassemblement de plusieurs partis politiques - appellent à dissoudre le gouvernement et le Parlement pour les recomposer, avec une représentativité plus équilibrée regroupant les différents partis.

Plusieurs analystes trouvent cependant qu'il n y a pas de vraie volonté gouvernementale de faire la paix. La fragmentation de l'opposition en plusieurs petits groupes n'aide pas non plus à sortir de la crise.

Selon ces experts, cela risque de conduire le pays vers d'autres affrontements entre tribus ou ethnies opposées. Surtout avec l'arrivée de la sécheresse qui accable déjà le pays.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.