Accéder au contenu principal
Maroc

Maroc: succès de la campagne de boycott, impact sur les entreprises visées

Les Marocains font leurs courses dans un supermarché à Rabat.
Les Marocains font leurs courses dans un supermarché à Rabat. © ABDELHAK SENNA / AFP

Une campagne de boycott lancé le 20 avril sur les réseaux sociaux est très suivie par les citoyens. Il concerne trois grandes marques de produits locaux de consommation courante : le lait, l’eau, et une enseigne de station-service. Ce boycott qui entend dénoncer la situation de monopole présumée exercée par ces entreprises a pour objectif de pousser ces industriels à baisser leur prix. Ce mouvement pacifique et anonyme contre « la vie chère » a des origines assez mystérieuses. Certaines franges du PJD (Parti de la justice et du développement) et syndicales ont été accusées d’avoir lancé cet appel, qui ne faiblit pas depuis cinq semaines mois.

Publicité

Selon deux sondages d’opinion, entre 70 et 80 % de la population marocaine s’est abstenue de consommer la marque de lait, d’eau et de se rendre dans l’enseigne de station-service incriminée. Il se murmure que les groupes ont vu dégringoler leurs chiffres d'affaires de 30 à 50 %.

Après avoir été plutôt agressives envers les défenseurs du boycott, ces trois enseignes marocaines ont progressivement changé leur communication de crise. Les eaux minérales d’Oulmès, possédant la marque d’eau boycottée, invitent par exemple depuis dix jours les citoyens à se rendre gratuitement sur les sites d’embouteillement de la source.

La firme laitière a quant à elle dû faire face à un déferlement de critiques. Le directeur des achats a dû présenter des excuses pour avoir accusé publiquement les boycotteurs d’être des traîtres à leurs nations. L’entreprise est ensuite partie en croisade contre les « fake news » véhiculées sur Facebook et Twitter.

Enfin, cette campagne pourrait bien s’étendre à d’autres secteurs en pleine période du ramadan, marquée par une spéculation notamment sur les prix du poisson. Cette semaine, dix-sept personnes ont été arrêtées à Tétouan dans le nord du pays, après la diffusion d’une vidéo montrant un groupe de jeunes gens en train de faire partir en fumée une cargaison de sardines en protestation à la hausse de leur tarif.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.