Accéder au contenu principal
RDC

RDC: les principaux points du discours de Kabila

Joseph Kabila, le 19 juillet 2018.
Joseph Kabila, le 19 juillet 2018. Junior D. KANNAH / AFP

Joseph Kabila a prononcé son discours ce jeudi 19 juillet 2018 devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès. 47 ans d'âge et depuis 17 ans au pouvoir, Joseph Kabila a réaffirmé la volonté de son pays d'organiser les élections en décembre 2018. Dans ce discours, Joseph Kabila n'a pas fait allusion à son avenir politique encore mois un 3e mandat.

Publicité

Devant les députés et les sénateurs, Joseph Kabila a commencé son discours avec une allusion à la mythique phrase prononcée par Mobutu en avril 1990, « comprenez mon émotion ». Ce jour-là, le président de ce qu'on appelait encore le Zaïre, en larmes, avait annoncé la fin du monopartisme et son départ de la présidence du Mouvement populaire de la révolution.

« Je sais pourquoi il y a cette tension dans la salle », a lancé d'emblée Joseph Kabila avant d'ajouter : « Comprenez ma passion pour le Congo ».

Par ailleurs, il n'a pas évoqué son avenir politique. Comme dans ses précédents discours, Kabila a affirmé que le cap vers les élections de décembre reste maintenu : « Notre engagement à respecter la Constitution demeure lui aussi non équivoque. »

Aujourd'hui, notre modèle démocratique a fait ses preuves...

Extrait du discours de Joseph Kabila

Dans un discours que certains éditorialistes qualifient de souverainiste, Kabila a évoqué les sanctions occidentales qui frappent certains membres de son entourage. « Ni des pressions ou menaces inconsidérées, et encore moins des sanctions arbitraires et injustes qui nous détournerons de la voie que nous nous sommes pourtant tracée nous-mêmes, volontairement et librement. »

Pour éviter ce qu'il considère comme chantage, il a annoncé que désormais les élections seront entièrement financées par l'Etat congolais.

Lambert Mende, membre influent de la majorité présidentielle et porte-parole du gouvernement, s'est dit satisfait de la communication du président Joseph Kabila...

Réactions des députés au discours de Joseph Kabila

 


 ■ La déception du CLC

Le Comité laïc de coordination (CLC), lui, se dit totalement déçu par le discours du président Kabila : « C’est du déjà entendu ! Rien de nouveau, un bilan d’autosatisfaction qui contraste avec le quotidien du Congolais moyen, jette Jonas Tshiombela, porte-parole du CLC. Le chef de l’Etat, nous avons l’impression qu’il est déconnecté du vécu au quotidien de ses compatriotes. Il vient là de rater une bonne opportunité de faire baisser la tension. Nous attendions du chef de l’Etat fixer l’opinion sur son mandat, ce qui n’a pas été le cas. »

« La Constitution lui interdit d’être candidat aux prochaines élections, poursuit Jonas Tshiombela. Tous, nous le savons. Ses partisans sont en train de battre campagne pour sa candidature. Son silence sur cet aspect des choses, disant qu’il veut respecter la Constitution, [cela] nous inquiète. Et lui-même vient de le dire, il a la passion pour le Congo, cela sous-entend beaucoup de choses. Il veut continuer à diriger le Congo [et] ça, ça nous inquiète. Nous attendons du chef de l’Etat sur les mesures de décrispation des prisonniers politiques, des exilés politiques, la liberté de manifestation, la sécurité dans le Kasaï, la sécurité dans notre République. Le chef de l’Etat n’y a pas fait allusion. Donc nous sommes inquiets. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.