Accéder au contenu principal
Comores

Référendum aux Comores: coup d'éclat à l'Assemblée nationale

L'archipel des Comores (image d'illustration).
L'archipel des Comores (image d'illustration). Carte : L. Mouaoued/RFI

Les Comoriens seront consultés lundi 30 juillet en vue de modifier la Constitution. Ce référendum suscite bien des polémiques dont le dernier acte est un coup d'éclat samedi à l'Assemblée nationale : les élus députés et conseillers des îles se sont réunis en congrès extraordinaire. Ils ont voté une résolution visant notamment à l'arrêt immédiat du processus référendaire.

Publicité

Le congrès extraordinaire réuni samedi à l'Assemblée nationale comptait quarante-cinq élus dont quatre par procuration sur soixante-dix-sept au total.

La majorité étant atteinte, le quorum a voté une résolution réclamant l'arrêt immédiat du processus référendaire, le rétablissement de la Cour constitutionnelle, l'ouverture d'un dialogue inclusif pour sauvegarder les accords de Fomboni de 2001 dont découle la Constitution actuelle ainsi que la prise en considération des recommandations des institutions internationales et de la société civile.

Tous appellent à la recherche d'un consensus inclusif. Quoi de plus inclusif qu'un référendum, répond la présidence, pour qui les députés représentent les Comoriens mais ne peuvent s'y substituer.

Le peuple s'exprimera lui-même lundi dans les urnes. Toujours selon la présidence, la convocation du Congrès doit être le fait des députés et du chef de l'Etat. Ce n'est pas le cas ici, donc la résolution n'a aucune valeur exécutoire. Le référendum constitutionnel aura bien lieu lundi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.