Accéder au contenu principal
Gabon

Gabon: l'opposition se divise sur la participation aux élections

Jean Eyéghé Ndong, ex-Premier ministre gabonais.
Jean Eyéghé Ndong, ex-Premier ministre gabonais. (Photo : AFP)

Au Gabon, l'opposition confirme sa fracture en deux camps. Le premier dirigé par Jean Ping et celui-ci ne veut pas participer aux élections législatives et locales jumelées du 6 octobre prochain. Le second camp est celui des opposants qui ont accepté de participer à ces élections.

Publicité

Symbole emblématique de cette division de l'opposition gabonaise : la sortie hier de l'ancien Premier ministre Jean Eyeghe Ndong, sénateur et principal soutien de Jean Ping. « Mes chers compatriotes, ma position est claire : comme pour les législatives, je ne saurais prendre part aux élections locales annoncées pour le 6 octobre », a-t-il déclaré le 23 août.

Il ne participera pas aux élections législatives et locales organisées par le pouvoir d'Ali Bongo qu'il combat. Le « non » de Jean Eyeghe Ndong est donc catégorique.

Le dernier Premier ministre d'Omar Bongo soutient que participer à ces élections serait une façon d'insulter la mémoire des Gabonais morts lors de la crise post-électorale de 2016. Il continue à réclamer la victoire de Jean Ping, volée, selon lui par Ali Bongo Ondimba.

En rangs dispersés

La sortie de Jean Eyeghe Ndong galvanise le camp de Jean Ping qui bat campagne pour le boycott des élections législatives et locales jumelées du 6 octobre prochain. L'appel au boycott est cependant ignoré par plusieurs poids lourds qui ont soutenu Jean Ping en 2016.

Comme par le passé, l'opposition ira aux élections en rangs dispersés face à un pouvoir décidé de conserver sa majorité absolue au Parlement et dans les municipalités.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.