Accéder au contenu principal
Soudan du Sud

Soudan du Sud: l'IGAD se réunit pour examiner les derniers points de désaccord

L'opposant Riek Machar et le président sud-soudanais Salva Kiir à Addis Abeba (photo d'archives).
L'opposant Riek Machar et le président sud-soudanais Salva Kiir à Addis Abeba (photo d'archives). REUTERS/Goran Tomasevic

C’est peut-être bientôt l'épilogue de longues négociations sur le Soudan du Sud. L'autorité régionale IGAD, médiateur du conflit, se réunit, ce mardi 11 septembre, en conseil des ministres. Elle doit examiner les derniers points d'accord et de désaccord, avant un sommet des chefs d'Etats de la région et la signature finale d'un nouvel accord de paix.

Publicité

On est peut-être à quelques jours seulement d'un nouvel accord de paix global au Soudan du Sud, le premier depuis 2015.

Alors que depuis plusieurs semaines, les négociations se déroulent à Khartoum, au Soudan, ce mardi, l'IGAD se réunira en conseil des ministres à Addis Abeba. Les différents participants aux pourparlers doivent eux aussi converger vers la capitale éthiopienne. Pouvoir et opposition ont approuvé l'ultime version de l'accord de paix ainsi que la matrice, c'est-à-dire le calendrier et les modalités d'application du texte.

Cependant, les groupes armés ont prévenu qu’ils ont encore des réserves. Celles-ci doivent être transmises aux ministres de l'IGAD et prises en compte sinon, ils boycotteront la signature finale.

Parmi les points de désaccord, on trouve le nombre d'Etats fédéraux et la démarcation de leurs frontières ; le quorum des réunions parlementaires, du conseil des ministres et des gouvernements locaux ainsi que la procédure de réforme constitutionnelle. Par ailleurs, l'opposition demande le déploiement de soldats kényans et éthiopiens en plus des militaires soudanais et ougandais prévus pour aider à l'application du texte sur le terrain.

Ces réserves ont été formellement transmises au conseil des ministres de l'IGAD qui doivent faire des recommandations aux chefs d'Etat de la région, censés se réunir mercredi.

A ces désaccords, s'ajoutent des tensions internes notamment au sein du groupe SSOA. Deux factions sont toujours opposées au texte final.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.