Accéder au contenu principal
Kenya

Kenya: levée partielle de l'interdiction du film «Rafiki»

«Rafiki» (Ami) de la réalisatrice kényane, Wanuri Kahiu, un long métrage qui parle d'homosexualité présenté à Cannes mais censuré au Kenya.
«Rafiki» (Ami) de la réalisatrice kényane, Wanuri Kahiu, un long métrage qui parle d'homosexualité présenté à Cannes mais censuré au Kenya. DR

Au Kenya, la censure du film « Rafiki » a été temporairement levée. La Haute cour de Nairobi a décidé d’autoriser le long métrage pendant sept jours. Racontant une histoire d’amour homosexuelle entre deux femmes, Rafiki avait été banni des écrans par le Kenya Film Classification Board, l’autorité de régulation. Cela n’avait pas empêché l’œuvre d’être diffusée dans le monde et de devenir le premier film kényan projeté au Festival de Cannes.

Publicité

« Je pleure ! Je suis tellement heureuse ! Notre Constitution est forte ! Merci à la liberté d’expression ! Nous avons réussi ! ». Voilà comment Wanuri Kahiu a réagi en apprenant que son film était finalement autorisé. La réalisatrice de « Rafiki » avait porté plainte notamment pour pouvoir présenter son long métrage aux Oscars 2019. Or grâce à ce verdict, le film va pouvoir être diffusé sur les écrans kényans à partir de dimanche et jusqu’au 30 septembre. Soit sept jours de projection dans son pays d’origine. Un critère indispensable pour pouvoir s’inscrire au célèbre rendez-vous cinématographique américain.

Pour justifier sa décision, la juge a déclaré que ce n’était pas la première fois que l’homosexualité était traitée comme thème artistique. La magistrate a aussi estimé que les fondations morales de la société kényane n’allaient pas être ébranlées par ce film.

Le très conservateur directeur du Kenya Film Classification Board a aussitôt réagi. Selon Ezechiel Mutua, « ce serait une tragédie et une honte d’avoir des films sur l’homosexualité pour définir la culture kényane ». Il parle d’une « insulte pour ceux qui défendent la moralité ». Et il conclut par une image : « Cette tentative de normaliser l’homosexualité, c’est comme mettre de l’air conditionné en enfer ». Il n’empêche, selon l’équipe du film, des cinémas ont déjà prévu de diffuser « Rafiki » à partir de dimanche.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.