Accéder au contenu principal
ONU / RCA

ONU: en marge de l’AG, la Centrafrique s’invite dans les discussions

Le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, à la tribune des Nations unies, le 26 septembre 2018.
Le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, à la tribune des Nations unies, le 26 septembre 2018. REUTERS/Eduardo Munoz

Après le Mali, la République centrafricaine était, jeudi 27 septembre, au cœur des discussions en marge de l’Assemblée générale des Nations unies avec deux réunions. D’abord une tripartite RCA-UA-Soudan pour mettre à plat les différends sur les pourparlers de Khartoum, à l’initiative de la Russie et du Soudan. Une initiative parallèle à l’initiative africaine menée par l’UA. Et une rencontre de haut niveau avec tous les partenaires de la RCA. Ce qui a été réaffirmé, c’est la primauté de l’initiative africaine sur toutes les autres.

Publicité

Contrairement à la réunion sur le Mali et le Sahel, la veille, c’est à huis clos que se sont réunis les partenaires de la Centrafrique. Sans doute pour permettre de laver son linge sale en famille.

Et à l’issue, l’ambassadeur Smaïl Chergui, commissaire Paix et Sécurité de l’Union africaine, ne cache pas sa satisfaction : « Les efforts que nous avons notés ces derniers temps à Khartoum ont fait l’objet de discussions, aujourd’hui, pour surtout souligner que ces efforts sont complémentaires et ne sauraient remplacer l’initiative africaine, qui reste la seule devant permettre au groupe armé de signer un accord de paix avec le gouvernement. »

Mais que va-t-il advenir des pourparlers de Khartoum sous l’égide du Soudan et de la Russie ? « Dans le cadre de la réunion à Khartoum, la Russie n’a joué qu’un rôle de facilitation, tout au moins de logistique. Les résultats, les propositions qui se sont dégagées, sont une contribution dans le cadre de l’initiative », répond le président centrafricain Faustin Archange Touadéra.

Le secrétaire général adjoint des Nations unies, Jean-Pierre Lacroix, a pour sa part insisté sur l’unanimité qui se dégage aujourd’hui au sein des partenaires de la RCA, que l’on disait à couteaux tirés, et ce, pour relancer les efforts de paix.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.