Accéder au contenu principal
Madagascar

Présidentielle à Madagascar: la société civile ne veut pas d'un report

Un votant trempe son pouce dans l'encre après avoir mis son bulletin dans l'urne lors de l'élection présidentielle de 2013. (Image d'illustration)
Un votant trempe son pouce dans l'encre après avoir mis son bulletin dans l'urne lors de l'élection présidentielle de 2013. (Image d'illustration) ALEXANDER JOE / AFP

Non à un report de l'élection présidentielle du 7 novembre. C'est la position de la société civile à Madagascar. Alors que les électeurs sont appelés aux urnes dans 14 jours, 25 candidats à la présidentielle demandent, entre autres, une révision de la liste électorale qu'ils jugent défaillante. Une révision qui implique le report de l'élection et la mise en place d'une transition. Ces 25 candidats ont d'ailleurs signé un accord en ce sens vendredi, lors d'une réunion avec la CENI. Dans ce contexte, la société civile a lancé une mise en garde mercredi 24 octobre. Pour elle, le report de l'élection est inconcevable.

Publicité

Si la société civile reconnaît les limites de la liste électorale, le report de l'élection ne ferait qu'aggraver la situation. C'est l'avis de Transparency international Madagascar et du mouvement Rohy, qui regroupe les organisations de la société civile dans 22 régions du pays.

« Aucune liste électorale n'est parfaite ! A moins d'un mois des élections, la solution n'est pas de repousser le scrutin. Nous trouvons leur attitude irresponsable. Nous ne pouvons pas aller vers des aléas qui ne sont pas maîtrisables ; en l'espèce, une nouvelle transition, un report des élections..., nous assure Faraniaina Ramarosaona de la plateforme Rohy. Jusqu'à quand ? Quand nous entendons, par exemple, un candidat dire ' il faut le temps qu'il faut ', qui va encore supporter 'le temps qu'il faut' ? C'est la population ! Nous ne voulons pas de cet aventurisme politique alors que si nous allons vers les élections nous pouvons mettre des balises pour que les résultats soient ensuite acceptés. »

Une déclaration qui fait écho aux nombreuses réactions des Malgaches sur les réseaux sociaux. C'est surtout la légitimité de ces 25 candidats qui est pointée du doigt. « Les candidats à la présidentielle sont de simples citoyens. De quel droit pourraient-ils décider du report de l'élection pour l'ensemble de la population ? », s'interroge un internaute.

« Ils n'ont aucun pouvoir exécutif. C'est au gouvernement de prendre une telle décision », proteste un autre. Cette alerte de la société civile intervient alors que ce jeudi 25 octobre ces 25 prétendants à la présidentielle organisent une «  conférence souveraine  ». Une réunion pour décider de la mise en œuvre des points de l'accord qu'ils ont signé vendredi.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.