Accéder au contenu principal
Medias

La justice mène une enquête liée à un forum de «Libération» au Gabon en 2015

Le journal français «Libération» a organisé en 2015 un forum au Gabon.
Le journal français «Libération» a organisé en 2015 un forum au Gabon. KENZO TRIBOUILLARD / AFP

La justice française a ouvert une enquête préliminaire en lien avec un forum organisé par le quotidien Libération en 2015 au Gabon. Selon La Lettre A, une publication spécialisée, « l'enquête aurait été ouverte après un signalement de Tracfin concernant des flux financiers entre le Gabon et la France ».

Publicité

Selon La Lettre A, « les dirigeants de Libération, Laurent Joffrin et Pierre Fraidenraich, ont été récemment entendus comme témoins concernant un forum organisé par le quotidien à Libreville en 2015 », et qui « faisait la part belle aux représentants du régime gabonais ».

Dans un communiqué, les cogérants du quotidien, Clément Delpirou et Laurent Joffrin, ont confirmé l'ouverture d’une enquête, mais ont défendu l'organisation et l'impartialité de ce forum et assuré que le journal n'avait bénéficié d'aucune transaction irrégulière.

Ces révélations ont provoqué la colère de la rédaction du quotidien. Pour le moment, l'Assemblée générale des journalistes n'envisagerait pas de demander la démission du patron de Libération, Laurent Joffrin, ni de demander la restitution de l'argent. En revanche, elle exprime la volonté de voir l'enquête progresser rapidement.

Là où le bât blesse, c'est que le plan de financement de ce forum devait être une opération blanche pour Libération. Libération ne devait pas encaisser d'argent venant de l'agence gouvernementale gabonaise, et si surplus, il devait être intégralement reversé aux ONG partenaires. Or, on s'est aperçu en réalité que de l'argent a été perçu, à l'insu de la rédaction, sur une holding à hauteur de plusieurs milliers d'euros.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.