Accéder au contenu principal
France

Incendie de Notre-Dame de Paris: l’Église africaine exprime sa compassion

L'archevêque de Kinshasa, Fridolin Ambongo Besungu, ici le 24 décembre 2018 pour la messe de la Nativité.
L'archevêque de Kinshasa, Fridolin Ambongo Besungu, ici le 24 décembre 2018 pour la messe de la Nativité. REUTERS/Baz Ratner

Notre-Dame de Paris, la cathédrale la plus connue et la plus visitée de France a été victime, lundi 16 avril, d'un incendie qui a ravagé complètement sa charpente et une partie de sa structure. Il aura fallu plus de deux siècles pour bâtir ce joyau d'architecture dont la construction a démarré en 1163. Dans de nombreux pays d'Afrique, les réactions de sidération se sont exprimées.

Publicité

Je suis profondément attristé... Je suis sidéré, mon cœur saigne...

En République démocratique du Congo, l'archevêque de Kinshasa, Monseigneur Fridolin Ambongo, fait part de sa grande tristesse

C'est très douloureux à voir. J'ai eu l'occasion de la visiter plusieurs fois avec des pèlerins sénégalais...

Au Sénégal, le cardinal Sarr, archevêque émérite de Dakar, rappelle l'importance de Notre-Dame de Paris pour les chrétiens du monde entier

Notre-Dame de Paris est une mère qui rassemble beaucoup de ses enfants...

En Centrafrique, l'archevêque de Bangui, Monseigneur Dieudonné Nzapalainga, ne cache pas son émotion

Toute l'actualité sur Notre-Dame de Paris


■ Les fidèles concernés au Congo-Brazzaville

Chapelet à la main, quelques chrétiens assis dans l’espace de la grotte mariale de la basilique Sainte-Anne, une église vieille de 76 ans, attendent le culte de la mi-journée. Ils ont suivi, la veille à la télévision, comment les flammes ont ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris. Ils ne cachent pas leurs émotions.

Reportage à la basilique Saint-Anne de Brazzaville

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.