Accéder au contenu principal
Bénin

Incidents au Bénin: les internautes passent par toutes les émotions

De nombreux internautes béninois ont fait part de leurs émotions sur les réseaux sociaux au cours des dernières 48h.
De nombreux internautes béninois ont fait part de leurs émotions sur les réseaux sociaux au cours des dernières 48h. capture d'écran Twitter

Alors que le calme semble être revenu au Bénin, la sidération, la colère, l’espoir, l’humour, mais aussi les critiques s’emparent de la Toile et des réseaux sociaux.

Publicité

Les premières critiques remontent au jour des élections, dimanche dernier lorsque les internautes ont alerté sur la coupure du web et des appels à l’international dans le pays. Dès les premières heures de la journée, avec le hashtag #Beninshutdown, plusieurs Béninois parlaient déjà d’une situation de black-out total. « La démocratie, elle est pour le peuple, mais nos dirigeants ont la fâcheuse tendance de museler la volonté du peuple en ne le laissant pas s'exprimer », écrit un internaute. Un avis partagé par de nombreux autres qui expriment aussi leur déception face au gouvernement actuel. « Profondément déçu par Talon Patrice, il représentait pourtant tant de promesses », se désole un autre internaute.

Appel au calme et à la paix

Suite aux affrontements qui ont éclaté il y a quelques heures dans le pays, le mot d’ordre est désormais de rassembler et d’apaiser les tensions.

#ParAmourPourLeBenin : cette expression, lancée par le service digital de la présidence du Bénin, se retrouve dans plusieurs messages. De nombreuses photos sur les réseaux sociaux montrent une colombe, symbole de paix donc avec des messages tels que : « J’invite mon entourage au calme et j’adopte un comportement de paix » ou encore « n'encourageons pas les actes de vandalisme. Ce n'est pas la destruction des biens publics ou des biens privés qui résoudra le problème auquel notre pays est confronté. »

Plusieurs internautes critiquent toutefois la classe politique dans son ensemble. « Ce qui se passe au #Benin actuellement, c'est la faute de TOUS les politiciens. Condoléances aux familles des victimes. Ce sera toujours un mort de TROP », écrit Wilfrid sur Twitter. Et il n’est pas le seul à partager cet avis : « La Politique ne profite qu’aux politiciens en priorité ; peuple béninois réveillez-vous et vaquez à vos occupations. Ne vous faites pas avoir... », suggère un autre internaute.

Zinsou s'exprime

Les politiques également font part de leur immense émotion. C’est le cas de l’ancien Premier ministre du Bénin, Lionel Zinsou, qui a écrit hier soir sur Twitter : « Notre pays peut et doit retrouver son génie de la paix et du droit pour éviter des années de divisions et de vengeance, pour n’avoir pas à pleurer plus de victimes et à éteindre plus d’incendies, créons un dialogue national. »

Certains internautes prennent également toute cette situation avec légèreté et philosophie. Le Congolais Nkola Matamba écrit sur Twitter : « À force de courir maladroitement vers plus de pouvoir, le Talon s’est usé. »

Appel à témoins

Deux Français et leur guide béninois sont portés disparus depuis mercredi soir. En vacances dans le parc Pendjari dans le nord du pays, proche de la frontière avec le Burkina Faso, ils ne se sont pas présentés à leur hôtel, comme prévu, le soir du 1er mai. Ils circulaient à bord d'un véhicule Ford de couleur blanche.

Depuis les touristes et leur guide sont recherchés activement, a fait savoir le ministère français des Affaires étrangères. Les autorités béninoises se refusent à parler d'enlèvement pour le moment affirmant disposer de « très peu d'informations à ce stade ».

L'ONG en charge de la gestion du parc la Pendjari affirme poursuivre les recherches et met à la disposition d'éventuels témoins plusieurs numéros de téléphone. Si vous les avez vues ou si vous avez des informations à ce sujet, veuillez contacter :

Erik +46 70 362 75 75

James + 254 720 225001

Angelo + 229 97 77 7055

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.