Accéder au contenu principal
Liberia

Les justices libérienne et française ont collaboré dans l’enquête sur Kunti K

Voinjama, chef lieu du comté de Lofa, au Liberia, où des scènes de crime ont été reconstituées par les enquêteurs.
Voinjama, chef lieu du comté de Lofa, au Liberia, où des scènes de crime ont été reconstituées par les enquêteurs. Global Photographer / Wikimedia / GNU free license

C’est la première fois que Monrovia permet à des autorités judiciaires étrangères – en l’occurrence françaises – de se rendre au Liberia. Elles ont même pu, aux côtés d'enquêteurs libériens, reconstituer des scènes de crime dans le comté du Lofa.

Publicité

Monrovia a donné son feu vert au juge d’instruction français qui cherche à faire la lumière sur les actes de Kunti K., ex-rebelle libérien arrêté en 2018 en France. Cet ancien membre d’Ulimo, un des principaux groupes armés pendant la première guerre civile du Liberia, a notamment été mis en examen pour crime contre l’humanité.

Maître Romain Wavre, avocat de Civitas Maxima, une ONG partie civile dans cette affaire, se réjouit de la coopération judiciaire entre les deux pays :

Non seulement les Libériens ont collaboré avec les autorités de poursuite française, mais leur coopération a été exemplaire. C’est-à-dire qu’on a eu la crème de la crème des enquêteurs libériens, ils ont été particulièrement proactifs dans les enquêtes

Maître Romain Wavre, avocat de Civitas Maxima

La Cour pénale internationale, chargée en temps normal de juger les personnes accusées de crime contre l'humanité, ne peut pas se charger d’une enquête parce que la plupart des crimes commis au Liberia sont antérieurs à 2002, date de sa création.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.