Accéder au contenu principal
Mali / Corruption

Hélicoptères «Puma»: l’opposition malienne veut une commission d'enquête

Le chef de l'opposition Soumaïla Cissé lors d'une conférence de presse, le 17 août 2018,  à Bamako (image d'illustration).
Le chef de l'opposition Soumaïla Cissé lors d'une conférence de presse, le 17 août 2018, à Bamako (image d'illustration). Michele CATTANI / AFP

En 2017, pour doter l'armée malienne de vecteur aérien, l'État malien a acheté du matériel militaire dont deux hélicoptères de manoeuvre « Puma ». Mais quelque temps après, les appareils ont été cloués au sol. Le président malien a affirmé il y a quelques mois qu'il s'agissait d'un problème de maintenance. Mardi, au cours d'une conférence de presse, le chef de l'opposition a critiqué la politique de défense nationale, en insistant sur le fait que si les appareils ne marchent plus, c'est à cause notamment de malversations financières. Il a même saisi l'Assemblée nationale sur la question.

Publicité

Le député, chef de l’opposition parlementaire, estime à son tour que si ces appareils ne fonctionnent plus, c’est à cause des conditions d’achat. « Les hélicoptères, pour sécuriser les populations et les forces armées, ont été achetés dans des conditions très discutables avec de la corruption, avec de la mauvaise maintenance. De l’argent dilapidé, du mauvais matériel acheté qui aurait pu sauver les gens. Et ceci s’est traduit par des morts d’hommes et des villages détruits », souligne Soumaïla Cissé.

« Qui a commandé les appareils ? »

Devant la presse, il a ensuite posé des questions précises. « Qui a commandé les appareils, qui les a payés, qui les a audités ? Je pense qu’il est temps de sortir de l’impunité. » L’élu de la région de Niafunké dans le nord du Mali, a officiellement saisi l’Assemblée nationale pour la création d’une commission d’enquête avec possibilité de saisir la Haute Cour de justice.

À lire aussi: Mali, des hélicoptères «Puma» qui posent question

« J’ai saisi l’Assemblée nationale, il est important aujourd’hui que les responsabilités soient citées, et ces responsabilités doivent être citées au plus haut niveau », estime Soumaïla Cissé. Des associations et des partis politiques du Mali soutiennent sa démarche.

À lire aussi : Mali: rendez-vous à l'appel de la Plateforme contre la corruption et le chômage

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.