Accéder au contenu principal
Algérie

Algérie: l'opposant Karim Tabbou placé en détention provisoire

Le secrétaire général de l'Union démocratique et sociale algérienne Karim Tabbou, ici en 2011, a été arrêté.
Le secrétaire général de l'Union démocratique et sociale algérienne Karim Tabbou, ici en 2011, a été arrêté. PIERRE ANDRIEU / AFP

L'un de ses avocats l'a annoncé jeudi 12 septembre. Cette figure du mouvement de contestation qui dure depuis sept mois et a poussé l'ancien président Abdelaziz Bouteflika au départ, a été inculpé d'« atteinte au moral de l'armée ».

Publicité

Après plusieurs heures, sans la moindre nouvelle, les proches de Karim Tabbou ont appris sa détention dans la prison de Kolea, à quelques kilomètres d'Alger. Inculpé pour « atteinte au moral de l'armée », il encourt une peine de 5 à 10 ans de prison.

C'est devant son domicile que cet opposant a été arrêté la veille par des hommes en civil qui se sont présentés commes des « agents de sécurité » a expliqué à l'AFP, maître Mustapha Bouchachi, l'un de ses avocats.

L'arrestation de Karim Tabbou a provoqué une véritable vague d'indignation, notamment sur les réseaux sociaux algériens. Sur Facebook, Mohcine Belabbas, président du Rassemblement pour la culture et la démocratie, parle de « prise d'otage. Le seuil du tolérable a une nouvelle fois été dépassé », conclut-il. « Un État de droit respecte la liberté de parole. Une personnalité politique aux arrêts est la condamnation de la démocratie », écrit à son tour sur Twitter Soufiane Jilali, le fondateur du parti Jil Jadid.

Hier soir, une autre vidéo est devenue virale : celle du père de Karim Tabbou qui demande aux soutiens de son fils « de ne pas quitter le chemin qu'il a emprunté, car, c'est un chemin de paix ».

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.