Accéder au contenu principal
Sénégal / Médias

La libération de Khalifa Sall est à la Une de la presse sénégalaise

Un dessin représentant Khalifa Sall sur un mur de Dakar, Sénégal.
Un dessin représentant Khalifa Sall sur un mur de Dakar, Sénégal. AFP Photos/Seyllou

Au Sénégal, Khalifa Sall est sorti de prison ce dimanche. L’ancien maire de Dakar a été gracié par le président Macky Sall. Et ce lundi, c’est « le » sujet à la Une de la presse sénégalaise.

Publicité

La photo de Khalifa Sall, tout de blanc vêtu, se retrouve ce lundi en Une des quotidiens sénégalais. Après les retrouvailles de vendredi entre le président Macky Sall et son prédécesseur Abdoulaye Wade, c’est « Noël avant l’heure » ironise le journal L'Enquête. Pour Le Soleil, cela « marque incontestablement une décrispation du champ politique (…), et l’intervention du Khalife général des Mourides a été l’élément déclencheur ».

À lire aussi : Sénégal, l'ex-maire de Dakar Khalifa Sall gracié par le président Macky Sall

« Les coulisses d’une libération » titre pour sa part L’Observateur. Pour le quotidien, le président fait « un calcul stratégique », il « s’achète une paix sociale » après la polémique qui a agité le pays sur la gestion du gaz et du pétrole.

« Le pouvoir ne se sent plus en danger »

Pourquoi ce dégel ? Dans les colonnes de L’Enquête, le directeur de publication du journal Le Témoin estime lui qu’il n’y a plus d’enjeu pour le chef de l’État. Khalifa Sall et Karim Wade (le fils de l’ancien président, gracié en 2016), constituaient de sérieux rivaux pour la présidentielle de février dernier si leur candidature était validée. Maintenant, le chef de l’État « n’a plus besoin de laisser Khalifa en prison ou Karim en exil ».

« Le pouvoir ne se sent plus en danger » renchéri de son côté Walf Quotidien, mais « tout cela n’est pas dénué d’arrière-pensée. Macky Sall est en train d’exécuter savamment un plan : briguer un 3ème mandat », avance le journal, pour qui « le pouvoir laisse subsister beaucoup de zones d’ombre dans les emprisonnements d’opposants ».

En tout cas, on va à coup sûr « assister à une redistribution des cartes » selon Sud Quotidien, qui souligne que « Khalifa Sall et Karim Wade sont libres, mais à ce stade, « ni électeurs ni éligibles ». « Macky règle deux K à moitié », résume Le Quotidien, le K de Khalifa, et le K de Karim, qui attendent tous deux une amnistie. « Et là » conclut le journal, « tout est encore dans les mains de Macky ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.