Accéder au contenu principal
Mauritanie

Mauritanie: le chef de l'État consulte le leader d’opposition Biram Dah Abeid

Biram Dah Abeid (notre photo) dit avoir observé chez Mohamed Ould Ghazouani une volonté de trouver des solutions.
Biram Dah Abeid (notre photo) dit avoir observé chez Mohamed Ould Ghazouani une volonté de trouver des solutions. AFP Photos/Seyllou

En Mauritanie, le chef de l'État poursuit ses consultations avec les leaders de l’opposition. Il a longuement reçu lundi dernier, le parlementaire et leader du mouvement abolitionniste IRA, Biram Dah Abeid, arrivé deuxième à l’issue de la présidentielle de juin dernier avec près de 19% des suffrages exprimés.

Publicité

Lors d’une conférence transformée en meeting, mardi 1er octobre, Biram Dah Abeid a affirmé avoir évoqué avec le nouveau chef de l’État, Mohamed Ould Ghazouani, tous les problèmes liés aux violations des droits de l’homme, notamment la question de l’esclavage.

L’esclavagisme continue en Mauritanie, selon Biram Dah Abeid, qui a évoqué avec le président Ghazouani un cas précis. « J’ai pris comme exemple l’ignoble démarche, la honteuse démarche du juge du tribunal de Nouakchott sud qui a pris une position qui vise à blanchir les crimes contre l’humanité de l’esclavage perpétrés contre la petite Ghaya Maiga par les criminels esclavagistes », a-t-il déclaré.

Reconnaissance d’IRA

Le leader haratine, a révélé ses propositions faites au président mauritanien pour décrisper la situation politique dans le pays. « La reconnaissance du parti et de l’ONG des Droits de l’homme, le mouvement d’idée qui s’appelle IRA Mauritanie. Il faut aussi la cessation des poursuites judiciaires à caractère politique contre les opposants mauritaniens et des hommes d’affaires », poursuit-il.

Biram Dah Abeid dit avoir observé chez Mohamed Ould Ghazouani une volonté de trouver des solutions en vue de consolider l’unité nationale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.