Accéder au contenu principal
Kenya / Intempéries

Nairobi frappée par une exceptionnelle tempête de sable

Vue générale de Nairobi, la capitale du Kenya (image d'illustration).
Vue générale de Nairobi, la capitale du Kenya (image d'illustration). Thomas Imo/Photothek via Getty Images

Une partie du Kenya a été touchée mardi 1er octobre par une tempête. Ce que les météorologues appellent un système convectif, soit un ensemble d’orages qui a entraîné des vents forts, des pluies. La capitale Nairobi a, elle, été envahie par un fort vent de poussière.

Publicité

C’est un nuage orangé, gonflé de poussière et plus haut que les gratte-ciel, qui a envahi la métropole kenyane. Le long de Mombasa Road, les riverains ont subi de plein fouet les vents de 80 km/h.

« J’ai vu des arbres tomber, des véhicules rouler au ralenti, les passants ne voyaient plus où ils allaient. Je faisais une course à moto, mais ça se passait mal. Le vent me poussait sur le côté. Je devais ralentir. C’est la première fois que je vois ça », témoigne John Festo, conducteur de taxi-moto.

La tempête est arrivée de l’océan Indien, elle a touché le sud et le centre du Kenya. Caractérisé notamment par une atmosphère instable, le phénomène a surpris tout le monde.

Sally Otieno, vendeuse de poisson, a fait comme elle a pu pour protéger sa marchandise. « Nous l’avons vu arriver, mais on pensait que c’était de la pluie, raconte-t-elle. Mais c’était un vent incontrôlable. Tout le monde avait peur. On se demandait tous ce qui se passait. Ça a été chacun pour soi. Il y avait beaucoup de poussière, c’est un problème pour la nourriture. On a essayé de recouvrir les poissons, mais on n’a pas réussi. J’ai dû tous les nettoyer après. Je n’ai rien perdu, mais des collègues ont dû en jeter certains. Ça m’inquiète parce qu’on a jamais vu ça. »

À Nairobi, la tempête a entraîné des chutes d’arbres, de panneaux publicitaires et des coupures d’électricité. Dans les prochains jours, certaines régions du pays pourraient être touchées par de fortes pluies. Le département météo appelle à la vigilance jusqu’à au moins dimanche.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.