Accéder au contenu principal
Gabon

Gabon: à la découverte du site oublié de Ngomo, le long du fleuve Ogooué

Les dortoirs de la mission protestante de Ngomo au Gabon, le 26 octobre 2019.
Les dortoirs de la mission protestante de Ngomo au Gabon, le 26 octobre 2019. RFI/Yves-Laurent Goma

Rendons-nous au Gabon pour découvrir la mission protestante de Ngomo, érigée en 1898 par Ernest Haug, un Français originaire de l’Alsace. Située à une demie-heure de Lambaréné, dans le centre, elle fut l’un des premiers centres d’évangélisation du pays.

Publicité

Implantée au bord du fleuve Ogooué, en pleine forêt équatoriale, Ngomo ressemblait à un paradis terrestre. Aujourd’hui, le site est quasi à l’abandon. L’exode rural a vidé le coin de ses habitants mais Ngomo reste une destination touristique mal exploitée.

Lunettes de soleil, Antoine est aux commandes de son bateau de plaisance. Direction Ngomo. Le fleuve Ogooué, bordé d’une dense forêt équatoriale, est l’autoroute pour y accéder. Le panorama est formidable.

Après 30 minutes, le site de Ngomo s’offre à nous. Envahi par la broussaille, le complexe est encore d’une rare beauté. L’école professionnelle et le dispensaire sont en ruines et les logements abandonnés.

Un petit couloir conduit jusqu’à l’église que nous présente Sœur Esthère. « L’architecte de cette église, c’est Eiffel, celui de la tour Eiffel. Ici, c’était vraiment une ville. À l’époque du fondateur Ernest Haug, il y avait beaucoup de missionnaires blancs. Le Docteur Schweitzer, lorsqu’il est arrivé au Lambaréné, a d’abord séjourné ici. Il y avait des écoles. Mon père a été formé ici ! », rappelle-t-elle.

« Tout est tombé en ruines »

L’église est encore très solide mais il manque les fidèles. L’évangéliste Jean Moussavou se sent oublié. « Tout est tombé en ruines, même le président est incapable de venir jusqu’ici de temps en temps », regrette-t-il.

Un groupe venu visiter l’église repart dans la tristesse. « J’ai même envie de pleurer parce que je constate cette désuétude. Ce n’est pas comme ça que j’avais laissé ça », dit l'un des visiteurs. « On a quasiment les larmes aux yeux », abonde un autre.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.