Accéder au contenu principal
Gabon

Pluies diluviennes et soudaines au Gabon: l'effet du changement climatique?

Des habitants de Libreville tentent d'avancer malgré le torrent provoqué par des pluies diluviennes (image d'archive)..
Des habitants de Libreville tentent d'avancer malgré le torrent provoqué par des pluies diluviennes (image d'archive).. AFP PHOTO / XAVIER BOURGOIS

Depuis octobre, des pluies diluviennes provoquent des graves inondations et des glissements de terrain. Les populations sont déprimées. Le phénomène inquiète également les spécialistes.

Publicité

Les services de la météorologie n’ont pas encore publié les statistiques sur la quantité d’eau tombée au mois d’octobre mais Emmanuel Bayani Ngoyi, directeur général de l’environnement, constate les dégâts.

« Nous constatons que ce sont des pluies qui viennent sans crier garde : il n'y a pas de vent, pas de tonnerre, aucun élément caractéristique qui annonce l'arrivée des pluies. Et lorsqu'elles tombent, elles sont très abondantes. Charge donc à nos collègues de la recherche d'essayer de pousser un peu plus leurs investigations pour que l'on puisse voir si effectivement on peut déclarer de manière solennelle qu'il s'agit d'un changement climatique. Les conséquences que l'on observe, ce sont les inondations, les glissements de terrain, l'érosion. »

À Libreville, les conséquences de ce phénomène sont visibles quasiment dans tous les quartiers. Les solutions pour faire face au changement climatique sont étudiées par le Conseil national du climat, rappelle le directeur général de l’environnement. « Nous avons un plan climat, nous avons un plan d'adaptation du littoral, des communications nationales "climat". C'est cet ensemble, ce corpus, qui sont des aides à la décision. »

Spécialiste des relations entre l’homme et son environnement, Bayani Ngoyi lance un appel aux populations : « Les populations doivent aussi faire un effort de civisme, savoir que les canalisations ou les bassins versants ne sont pas des poubelles, savoir qu’à tel endroit on ne doit pas construire. »

Le calvaire n’est pas fini. Théoriquement, la petite saison sèche est attendue fin novembre.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.