Accéder au contenu principal
Togo / Présidentielle

Togo: l'archevêque de Lomé demande une suspension de la prochaine présidentielle

Vue générale de Lomé, la capitale du Togo (image d'illustration).
Vue générale de Lomé, la capitale du Togo (image d'illustration). Creative commons Flickr CC BY-NC 2.0 Joshua Turner/Climate Centr

Plusieurs opposants au pouvoir togolais se sont réunis autour de l’archevêque de Lomé Mgr Philippe Fanoko Kpodzro pour définir un processus électoral transparent. Ils ont écrit aux autorités pour demander la suspension immédiate du processus électoral en cours.

Publicité

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro se bat depuis plusieurs semaines, avec autour de lui le résidu de la coalition des 14 partis de l’opposition, les forces démocratiques et même quelques candidats déclarés et des organisations de la société civile pour exiger la transparence des prochaines élections présidentielles de 2020.

Pour ce faire, il a réuni en 18 points les conditions que sa plateforme soumet aux autorités togolaises. Les conditions sont notamment le réaménagement de la Commission électorale nationale indépendante, la reconstitution de la Cour constitutionnelle, l’audit de l’ensemble du processus électoral et la proclamation des résultats bureau de vote par bureau de vote. C’est pourquoi il demande la suspension immédiate du processus électoral en cours.

L’Alliance nationale pour le changement a, depuis le 16 octobre, désigné Jean-Pierre Fabre comme son candidat et répond pas aux invitations de Mgr Philippe Fanoko Kpodzro, de même le Parti national panafricain de Tikpi Salifou Atchadam est aussi l'un des grands absents.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.