Accéder au contenu principal
Guinée-Bissau

Guinée-Bissau: pour la première fois, des trafiquants de drogue condamnés

Des paquets de cocaïne sont exposés au poste de police de Bissau, le 21 mars 2012, par le département chargé des opérations de lutte contre le trafic de stupéfiants.
Des paquets de cocaïne sont exposés au poste de police de Bissau, le 21 mars 2012, par le département chargé des opérations de lutte contre le trafic de stupéfiants. AFP PHOTO/ ISSOUF SANOGO

Trois suspects, arrêtés en mars dernier dans le cadre d’une opération de lutte contre le trafic de drogue, ont été condamnés à des peines de 14 à 15 ans de prison ferme. Il s’agit de deux Nigériens et d’un Sénégalais. C’est la première fois que des trafiquants de drogue sont condamnés dans le pays.

Publicité

La Guinée-Bissau est considérée comme un pays de transit de la drogue dure en provenance d’Amérique du Sud. La faiblesse de ses institutions et le manque criant de moyens de lutte font de ce pays, selon plusieurs rapports de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), un terreau fertile pour cette activité illicite.

Cette fois, le tribunal a eu la main très lourde : 15 ans de prison ferme pour Sidy Ahmed Mohamed, détenteur d’un passeport diplomatique nigérien comme conseiller en communication du président de l’Assemblée nationale du Niger. Son compatriote, Ibrahim Illassou Salouhou, a écopé de 14 ans. Le conducteur du camion, El Hadji Mar Guey, Sénégalais, a lui aussi été condamné à 14 ans de réclusion.

C’est la première fois depuis plusieurs années que des trafiquants présumés, arrêtés pour activité illicite, sont jugés et condamnés en Guinée-Bissau.

Pour rappel, les faits remontent au 9 mars dernier, à la veille des législatives. Un camion frigorifique supposé transporter du poisson frais pour le Mali a été intercepté dans la périphérie nord de Bissau par la police judiciaire. Dans un compartiment du véhicule étaient cachés 800 kg de cocaïne.

Les premières enquêtes ont abouti à l’arrestation de deux suspects, de nationalité nigérienne. Un autre suspect, un officier bissau-guinéen, n’a jamais été inquiété. Deux autres complices de nationalité malienne, qui avaient pu passer à travers les mailles du filet, sont activement recherchés.

►À lire aussi : Guinée-Bissau: la fièvre demeure dans la capitale, sur fond de trafics divers

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.