Accéder au contenu principal
Burkina Faso / France

Burkina Faso: la France augmente son niveau d’alerte sécuritaire

Des militaires burkinabè lors d'un entraînement pour combattre le terrorisme dans l'est du pays, le 13 avril 2018.
Des militaires burkinabè lors d'un entraînement pour combattre le terrorisme dans l'est du pays, le 13 avril 2018. AFP PHOTO/ISSOUF SANOGO

Nouvelle mise à jour de la carte du Burkina Faso par le ministère français des Affaires étrangères. Les zones en jaune, au sud et au centre du pays, sont désormais déconseillées et classées en orange. Suite à la multiplication des attaques, les provinces déconseillées par Paris ne cessent d’augmenter.

Publicité

La carte du Burkina Faso est désormais entièrement en rouge et orange. En clair, c'est le pays tout entier qui est fortement déconseillé aux voyageurs par la France.

Les dernières zones en jaune au sud-ouest, centre-ouest et centre-sud virent à l’orange. Elles sont désormais considérées comme « des zones déconseillées sauf pour raison impérative ».

En rouge : la frontière du Mali, du Niger, du Bénin et du Togo, les régions du Sahel, du nord et de l’est.

Cette nouvelle carte d’évaluation des risques illustre la dégradation sécuritaire dans le pays. « Ce phénomène s’amplifie depuis le début de l’année, affectant désormais une grande partie du territoire », estime le Quai d'Orsay sur son site internet.

À Ouagadougou, une source proche du pouvoir juge « discourtoise » cette manière de procéder. « Cela contribue à instaurer dans notre pays un climat de psychose », estime cette source.

« Ouagadougou en orange... mais toutes les capitales du monde sont soumises aujourd'hui au risque terroriste, à moins que ce soit juste pour légitimer son intervention », s'exclame toujours la même source.

Et de conclure : « C'est dommage de voir que les personnes qui travaillent avec nous contribuent à nous discréditer ».

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.