Accéder au contenu principal
Italie / Érythrée / Justice

Le parquet de Palerme fait appel de l'acquittement de l’Érythréen Medhanie Tesfamariam

Les policiers italiens sont accompagnés d'un homme identifié par eux comme un trafiquant, mais qui ne serait qu'un migrant. Palerme, 8 juin 2016.
Les policiers italiens sont accompagnés d'un homme identifié par eux comme un trafiquant, mais qui ne serait qu'un migrant. Palerme, 8 juin 2016. Italian Police Department/Handout via REUTERS

Ce jeune réfugié avait été accusé à tort d'être le chef d'un gang de trafiquants d'êtres humains entre le Soudan et la Libye. Au terme d'un très long procès, il avait été acquitté et relâché en juillet dernier, après qu'il était apparu évident qu'il y avait eu erreur sur la personne.

Publicité

Au téléphone, l’avocat de Medhanie Tesfamariam se dit « consterné ». « Pendant que nous perdons du temps, soupire Michele Calentropo, le vrai trafiquant est toujours en liberté. »

Avec l'appel du parquet de Palerme, tout va en effet devoir être repris à zéro : la convocation des témoins, la collecte des preuves matérielles, les arguments des parties. Une audience de la cour d'appel, dans les mois qui viennent, devra fixer la date d'un nouveau procès.

En première instance, l'affaire avait occupé le tribunal de Palerme pendant un peu plus de trois ans, pour aboutir le 13 juillet dernier à un acquittement.

Erreur d’identité

Désormais, le parquet de Palerme conteste la validité des documents produits par la défense. Notamment une pièce d'identité et un certificat de nationalité érythréenne au nom du prévenu, et qui ne correspondent en rien à l'identité de l'accusé. Car c'était là tout le problème de ce procès : Medhanie Tesfamariam Berhe, l'homme présent dans le box, répétait qu'il n'était pas Medhanie Yedhego Mered, un caïd notoire actif au Soudan et en Libye.

Le tribunal avait finalement reconnu l'erreur judiciaire. Et plus accablant encore, des juges d'assises, dans un rapport d'enquête, avaient ensuite pointé, en octobre, « le manque de consistance et de cohérence » d'un acte d'accusation jugé « douteux ».

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.