Accéder au contenu principal
Nigeria

Nigeria: des jihadistes de l'ISWAP publient une vidéo d'exécution de militaires

Les jihadistes visent en priorité les membres des forces de sécurité nigérianes. (image d'illustration)
Les jihadistes visent en priorité les membres des forces de sécurité nigérianes. (image d'illustration) STEFAN HEUNIS / AFP

Le groupe État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP), la faction de Boko Haram affiliée à l'organisation EI, a diffusé une vidéo dans laquelle des combattants exécutent deux soldats et un policier nigérians.

Publicité

Cette courte vidéo, datée du 8 décembre, a été publiée lundi soir en ligne par l'agence de propagande du groupe jihadiste Amaq. Sur cette vidéo, trois hommes se tiennent genoux au milieu d'une savane. Ils sont habillés en civil et se présentent comme des membres des forces de l'ordre nigérianes. Un de ces otages indique son rang de sergent de police.

Quelques instants après, ils sont abattus par des individus cagoulés en tenue de camouflage. Un membre de ce groupe s'adresse à la caméra en haoussa, la langue majoritaire dans le nord du Nigeria. Ce ravisseur confirme que l'ISWAP, la branche ouest-africaine de l'organisation État islamique poursuit sa stratégie de ciblage en priorité des forces de sécurité.

L'ISWAP a déjà publié plusieurs vidéos macabres d'exécution de soldats, parfois vêtus de combinaisons orange imitant les codes visuels de propagande du groupe jihadiste.

Enlèvements et rançons

Selon une source proche de l'armée nigériane, l'ISWAP – replié désormais sur le Lac Tchad – déploie des équipes pour mener des enlèvements en vue d'obtenir des rançons. Toujours selon cette source, L'ISWAP s'appuie notamment sur des cellules rôdant autour des axes routiers reliant Maiduguru à Monguno et à Damataru.

Sur ces axes, ces insurgés se font passer pour des militaires et tiennent des faux postes de contrôle. Quatorze voyageurs avaient été enlevés le 4 décembre dernier lors d'un de ces guets-apens. Une action revendiquée par l'ISWAP, affirmant que six membres des forces de sécurité nigérianes se trouvaient parmi les otages.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.