Accéder au contenu principal
Algérie

Algérie: Gaïd Salah, le puissant chef d'état-major de l'armée, est décédé

Le général Gaïd Salah à la cérémonie d'investiture du nouveau président de l'Algérie, Abdelmadjid Tebboune, le 19 décembre 2019.
Le général Gaïd Salah à la cérémonie d'investiture du nouveau président de l'Algérie, Abdelmadjid Tebboune, le 19 décembre 2019. REUTERS/Ramzi Boudina

Il était le pilier du régime depuis 1962. Ahmed Gaïd Salah est mort ce lundi 23 décembre des suites d'une crise cardiaque à l'âge de 79 ans, indique un communiqué de la présidence de la République, repris par l’Agence de presse officielle algérienne.

Publicité

C'est le choc et la surprise en Algérie ce lundi matin 23 décembre, après l'annonce du décès du général Ahmed Gaïd Salah. L'homme fort du pays était apparu très fatigué, jeudi dernier, lors de la cérémonie d'investiture du nouveau chef de l'État Abdelmajid Tebboune. Celui-ci a longuement remercié le général, avant de le décorer de l'ordre du mérite national, au rang de Sadr. Une distinction réservée jusque-là aux seuls chefs d'État.

C'était la dernière apparition publique d'Ahmed Gaïd Salah. Ce lundi matin, la présidence algérienne a fait savoir que le général a été victime d'un malaise cardiaque dans la nuit. Il est décédé quelques heures plus tard à l'hôpital.

Sur le devant de la scène après avoir arraché en avril la démission du président Abdelaziz Bouteflika, le général était le visage du haut commandement militaire. Il a assumé ouvertement la réalité du pouvoir jusqu'à l'élection d'Abdelmadjid Tebboune comme nouveau chef de l'État.

Un ancien fidèle d'Abdelaziz Bouteflika, devenu acteur de sa chute

Né le 13 janvier 1940, il s'était engagé dès l'âge de 17 ans au sein de l'Armée de libération nationale (ALN) contre le pouvoir colonial français, selon sa biographie officielle. Ahmed Gaïd Salah était l'un des derniers représentants au sein de l'armée des anciens combattants de la Guerre d'indépendance. Un passé dont les dirigeants algériens ont longtemps tiré leur légitimité. Nommé chef d'état-major de l'armée en 2004 par le président Bouteflika, il détient le record de longévité à ce poste.

Acteur central de la chute d'Abdelaziz Bouteflika dont il avait été l'un des fidèles, Ahmed Gaïd Salah était donc, pour les manifestants du Hirak, la dernière figure du « système » que le peuple voulait voir tomber.

Toujours vêtu de son uniforme, il était le seul à se montrer et à s'exprimer publiquement, multipliant les mises en garde aux contestataires et les exhortations à juger les anciens proches du clan Bouteflika.  

Il faut souhaiter que cette disparition ouvre la porte, au niveau du commandement militaire, à une vision politique qui permet de trouver une solution conforme aux aspirations du peuple algérien.

Le général Said Changriha assure l'intérim

Ces derniers jours, beaucoup s'interrogeaient sur l'avenir du vice-ministre de la défense, considéré comme le véritable détenteur du pouvoir en Algérie, après l'élection présidentielle du 12 décembre.

Dans un communiqué, le président algérien Abdelmajid Tebboune a décrété trois jours de deuil national en mémoire de Gaïd Salah. Le défunt sera entrerré ce mercredi 25 décembre au cimetière El Alia à Alger. Le chef de l'État a également chargé le chef des forces terrestres algériennes, le général Said Changriha, d'assurer l'intérim.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.