Accéder au contenu principal
Nigeria

Nigeria: un impressionnant troupeau d'éléphants aperçu dans l'État de Borno

Un éléphant dans le parc national de Waza au Cameroun, d'où proviennent les éléphants aperçus au Niger (image d'illustration).
Un éléphant dans le parc national de Waza au Cameroun, d'où proviennent les éléphants aperçus au Niger (image d'illustration). Albert Backer/Creative Commons

250 éléphants ont été aperçus dans l'État de Borno, au nord-est du Nigeria. Mais la présence des pachydermes préoccupe les communautés locales qui vivent dans des conditions difficiles et dans une zone où Boko Haram sévit toujours.

Publicité

Le troupeau d'éléphants a été pris en photo le 19 décembre, lors d'une mission humanitaire conduite aux abords de Kala Balge. Ces pachydermes proviennent du Cameroun voisin. Cela faisait plus de dix ans qu'aucun éléphant ne s'était aventuré dans cette partie du Nigeria, où le groupe islamiste Boko Haram continue de sévir.

Depuis février, plusieurs centaines de réfugiés nigérians qui avaient fui au Cameroun sont revenus s'installer dans cette région de l'État de Borno. Beaucoup vivent encore dans des conditions précaires, et l'arrivée de ces éléphants les inquiète.

« En général, les communautés locales n'aiment pas les éléphants, explique Peter Ayuba, le directeur des forêts pour l'État de Borno. Elles ne sont pas vraiment préoccupées par leur préservation. Elles n'en comprennent pas l'intérêt. Les gens veulent seulement se débarrasser des éléphants pour qu'ils ne détruisent pas leurs cultures. Car quand ils passent, ces pachydermes mangent tout sur leur passage. Pour le moment, les villageois ont réussi à les repousser, en tirant dans les airs, jusqu'à la localité de Makanderi. Là-bas se trouve un important marais. »

« Ces éléphants proviennent du parc national de Waza au Cameroun, poursuit Peter Ayuba. Ils fuient des inondations. Les autorités camerounaises ont ouvert un barrage et les eaux se sont déversées. Nous avons fait des requêtes pour acheter des pétards afin de les repousser là où ils devraient être, là où ils seront en sécurité et les communautés aussi. »

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.