Accéder au contenu principal
2020

2020: les messages de vœux de chefs d'État africains à leurs concitoyens

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, a rendu hommage à tous les soldats morts dans la lutte contre le terrorisme (image d'illustration).
Le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, a rendu hommage à tous les soldats morts dans la lutte contre le terrorisme (image d'illustration). Issouf Sanogo/AFP

Mardi 31 décembre au soir, la plupart des chefs d'État africains ont envoyé un message de vœux à leurs concitoyens pour la nouvelle année. Retour sur leurs déclarations, marquées par les événements de la fin d'année.

Publicité

Ibrahim Boubacar Keita (Mali) évoque la lutte contre le terrorisme

Le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, a rendu hommage à tous les soldats morts dans la lutte contre le terrorisme.

Le Mali reste serein et sain, dans sa majorité. Le Mali garde encore ses valeurs de bienséance et sa force morale...

Ibrahim Boubacar Keïta

Le Tchadien Idriss Déby a lui aussi évoqué la lutte contre le terrorisme, mais pour regretter l'inaction de la communauté internationale, qui « tarde à être à la hauteur des enjeux ».

Ali Bongo (Gabon) et la lutte contre la corruption

Au Gabon, c'est la lutte contre la corruption qui a marqué les vœux d'Ali Bongo. Presque un mois après l'arrestation de son ancien directeur de cabinet de la présidence, le chef de l'État l'affirme : « Celles et ceux qui s'adonnent à des pratiques répréhensibles seront tous sanctionnés sans exception ».

Je laisse la justice, en qui j'ai toute confiance, faire son travail...

Ali Bongo Ondimba

Alassane Ouattara (Côte d'Ivoire) vante son bilan

En Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara a, lui, vanté son bilan social en pointant du doigt le recul de la pauvreté. Durant près de 18 minutes, le chef de l’État ivoirien a enchaîné une longue litanie de chiffres. Investissements, infrastructures, électrification, santé, éducation, emploi. Tout y est passé. Alassane Ouattara a particulièrement insisté sur le social, et notamment sur le programme de 1 000 milliards de francs CFA, lancé il y a un an, destiné aux plus fragiles.

Les vœux d'Alassane Ouattara

Alassane Ouattara est également revenu sur les accusations contre son opposant Guillaume Soro : « Aucune tentative de déstabilisation ne pourra prospérer », a-t-il déclaré. Et il promet une année électorale paisible en 2020.

Alpha Condé (Guinée) revient sur les manifestations

En Guinée, Alpha Condé s'est ému des manifestations violentes qui ont marqué la fin de 2019. Il est par ailleurs revenu sur son projet de réforme de la Constitution annonçant vouloir le soumettre à la volonté populaire.

J'invite chacun d'entre vous à prendre part au vote, à assumer son droit et son devoir...

Alpha Condé

Félix Tshisekedi (RDC) décrète « 2020, année de l'action »

En RDC, 2020 sera l'année de l'action, pour Félix Tshisekedi. Dans son discours, le président a déclaré vouloir instaurer un nouveau système de gouvernance pour répondre aux priorités du pays.

Au regard de l'état des lieux actuel, il me paraît urgent de nous remettre en question sur le modèle de la nation que nous voulons construire...

Félix Tshisekedi

Le Camerounais Biya évoque les zones anglophones

La situation des régions du nord-ouest et sud-ouest du Cameroun reste le problème le plus urgent pour Paul Biya. Dans son adresse à la nation, le président s'est montré ferme à l'égard des rebelles des régions anglophones : « Pour ceux qui s'obstinent à demeurer dans la mauvaise voie et qui continuent à avoir recours à la violence, nous n'aurons pas d'autre choix que de les combattre », a-t-il affirmé.

Pour les élections législatives et municipales à venir, le président l'assure : « Des dispositions sécuritaires ont été prises pour que, sur toute l’étendue du territoire, tous nos concitoyens puissent exercer leur droit de vote. » Et si les conditions le demandent, il n'exclut pas de renforcer ce dispositif de sécurité.

À Madagascar, Andry Rajoelina dresse le bilan de sa première année de pouvoir ainsi que ses perspectives pour l’année 2020

Le président de la République Andry Rajoelina a décidé de supprimer cette année la traditionnelle cérémonie des vœux au palais d’Etat, jugée trop dispendieuse pour ces temps d’austérité budgétaire. Dans un discours diffusé sur la radio et la télévision nationale malgache hier soir, Andry Rajoelina a dressé le bilan de sa première année de pouvoir ainsi que ses perspectives pour l’année 2020.

Pour sa première année à la tête de Madagascar, Andry Rajoelina a annoncé « 2 722 projets présidentiels déjà financés », pour un budget total de 19 milliards d’ariary, selon les chiffres de la présidence. Le chef de l’État est revenu sur ses voyages à l’étranger, la visite de Paul Kagamé, la suppression des subventions aux pétroliers, l’instauration du SMIC à 200 000 ariary (50 euros).

2020 est une année symbolique pour Madagascar puisqu’il s’agira du 60e anniversaire de son indépendance : les projets deviendront concrets, a-t-il affirmé. Car il reste encore beaucoup à faire. Tana Masoandro, le chantier titanesque de ville nouvelle lancée début septembre, et promesse de campagne d’Andry Rajoelina, est toujours retardé suite aux protestations des habitants.

Après le bilan, les annonces. La principale concerne la hausse des salaires des fonctionnaires de 13 %, applicable dès le mois de janvier. Une augmentation inscrite dans la loi finance adoptée par voie d’ordonnance mi-décembre.

Les défis s’annoncent nombreux cette année pour le gouvernement Rajoelina : le conflit diplomatique autour des Éparses qui a pour date butoir la fête de l’indépendance, les problèmes récurrents d’eau et d’électricité avec la gestion de la Jirama.

Des sénatoriales anticipées et un référendum sont aussi inscrits dans la loi finance 2020, sans que l’exécutif n’ait confirmé.

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.