Accéder au contenu principal
Kenya

Attaque terroriste à Lamu, dans l'est du Kenya

A Lamu, alors qu'une attaque des Shebabs est en cours, desvoyageurs ont été mis en sécurité sur la base militaire de Manda, le 5 janvier 2020.
A Lamu, alors qu'une attaque des Shebabs est en cours, desvoyageurs ont été mis en sécurité sur la base militaire de Manda, le 5 janvier 2020. REUTERS/Abdalla Barghash

Attaque terroriste dans l'est du Kenya. Les islamistes shebabs ont lancé très tôt ce dimanche 5 janvier 2020 un assaut contre une base américaine dans la région de Lamu. Selon les autorités, les quatre assaillants ont été tués et cinq complices présumés auraient été arrêtés.

Publicité

C'est la piste aérienne de Manda qui a été visée. Elle est utilisée par le camp Simba qui est une base militaire américaine où se trouvent également des soldats kenyans. Elle se trouve à terre, dans la baie de Manda, tout près de la très touristique ville de Lamu. C'est dans cette même baie de Manda, sur l’île du même nom, qu'une Française avait été enlevée par un commando shebab le 1er octobre 2011. Marie Dedieu avait été déclarée morte par le gouvernement français moins de trois semaines plus tard.

Selon des habitants, les shebabs auraient détruit des infrastructures électriques à proximité, avant de percer l’enceinte du site vers 5h30 à l’aide d’une attaque suicide à bord d’un véhicule, une méthode classique utilisée par terroristes.

Deux récits opposés des événements

Une fusillade a éclaté et des réservoirs d’essence ont pris feu mais, selon les autorités kenyanes, aucun soldat n’a été touché.

Dans la matinée, les shebabs avaient affirmé avoir pris le contrôle d’une partie du camp Simba et tué des soldats américains et kenyans.

Selon l’armée américaine, les islamistes ont une fois de plus « exagéré les faits dans le but de maintenir leur réputation ».

Les autorités ont quand même reconnu la destruction de deux avions légers et deux hélicoptères américains. Plusieurs véhicules US auraient également été détruits.

Les officiels précisent que les dégâts sont minimes et n’auront aucun impact sur les capacités tactiques, stratégiques et militaire de la base.

Par précaution, l’aéroport civil de Manda qui se trouve un peu plus au sud de l’attaque, a été fermé jusqu’à nouvel ordre. C’est là que chaque année des milliers de touristes débarquent pour visiter Lamu. Les forces de sécurité ont également été déployées dans la zone.

Les islamistes ont en tout cas inscrit cet attentat dans le cadre de leur campagne baptisée « Jerusalem ne sera jamais Judaïsée », dont on avait entendu parler une première fois il y a un an, lorsque les shebabs avaient attaqué un complexe hôtelier de Nairobi, Dusit, faisant plus de 20 morts.

Un mouvement osé pour les shebabs

La zone où a eu lieu l’attentat est toute proche de la frontière somalienne. C’est une région régulièrement visée par les shebabs. L’attentat de ce dimanche n’est donc pas une surprise, d’autant que la forêt de Boni, à cheval sur le Kenya et la Somalie n’est pas loin et elle sert, depuis des années, de base aux terroristes.

Il y a quelques jours, l’aviation civile américaine avait lancé une alerte concernant le survol de l’espace aérien kényan.

Les attaques dans ce secteur sont en effet régulières. La dernière, date de jeudi. Un bus parti de Mombasa avait été visé par des tirs faisant 3 morts. Le 7 décembre, dix personnes étaient mortes dans l’explosion d’une bombe artisanale près de Wajir. Le 26 décembre, deux hommes d’affaires avaient été kidnappés, etc...

Par contre, ce serait le premier attentat contre une base américaine sur le sol Kenyan. Le Camp Simba a été ouvert il y a une dizaine d’années. Il abrite un peu moins d’une centaine de soldats américains. Plus largement, la zone de Manda Bay est utilisée par les Etats-Unis pour former l’armée kenyane et apporter un soutien dans le contre-terrorisme.

Il n’empêche, attaquer une base américaine, c’est osé de la part des shebabs, même si ce n’est pas inédit. Le 30 septembre dernier par exemple, ils avaient lancé un assaut contre un site militaire US, en Somalie, cette fois.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.