Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire: les multiples inconnues du calendrier politique de 2020

Des membres de la Commission électorale indépendante procèdent au dépouillement dans un bureau de vote à Abobo lors des élections de 2018. (image d'illustration)
Des membres de la Commission électorale indépendante procèdent au dépouillement dans un bureau de vote à Abobo lors des élections de 2018. (image d'illustration) SIA KAMBOU / AFP

La présidentielle a lieu en octobre prochain. L’année 2020 s’annonce donc tendue et riche en rebondissements. À part Guillaume Soro, on ne connait pas encore le nom des candidats déclarés. Et avant de les connaitre, il va falloir cocher un certain nombre d’étapes sur le calendrier politique.

Publicité

Au programme politique de ce mois de janvier, une rencontre gouvernement-opposition sur le code électoral. La dernière série de rencontres de ce genre il y a un an sur la Commission électorale avait crispé une opposition qui avait choisi le boycott.

Résultat : une CEI non consensuelle, sans représentant de l’opposition significative. Cette fois, alors que l’opposition demande un dialogue politique, ces discussions pourraient être l’occasion de nouvelles passes d’armes ou au contraire d’un apaisement.

Blé Goudé, Gbagbo et la CPI

En février, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé en sauront plus sur leur sort. Soit il y a un procès en appel et il est probable qu’ils doivent rester à La Haye et Bruxelles, soit la CPI confirme leur acquittement et ils sont libres de rentrer en Côte d’Ivoire.

Face au chamboulement politique que représenterait le retour de Gbagbo avant la présidentielle, et compte tenu de leurs condamnations respectives par contumace par la justice ivoirienne, il est probable que des négociations s’engagent avec le régime, pour éviter un embrasement.

Révision de la Constitution

Autre étape, une révision de la Constitution avant la fin du premier trimestre, comme l'a annoncé lundi Alassane Ouattara. Une réforme dont on ignore encore le contenu si ce n’est qu’il n’est plus question de restaurer une limite d’âge pour les candidats à la présidentielle. Alassane Ouattara ne souhaite pas s’exclure d’office de la course puisqu’il a indiqué qu’il se présenterait si Gbagbo ou Bédié le faisaient.

Le PDCI choisira son candidat en juin lors d’une convention. Et aujourd’hui, tout l’appareil du parti pousse Henri Konan Bédié. Dans la foulée donc, le RHDP devrait révéler le nom de son candidat, Ouattara ou un autre. Le président sortant se donne jusqu’à fin juillet, c’est-à-dire au dernier moment, pour se prononcer.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.