Accéder au contenu principal
Niger

Niger: attaque meurtrière de jihadistes contre un camp de l’armée à Chinagoder

Des soldats nigériens en patrouille. (Image d'illustration)
Des soldats nigériens en patrouille. (Image d'illustration) ISSOUF SANOGO / AFP

Trente et un militaires nigériens et 63 terroristes ont été tués, jeudi 9 janvier, lors de l'attaque du camp militaire de Chinagoder, selon un communiqué du ministère nigérien de la Défense. Elle intervient un mois après l'attaque par des jihadistes du camp d'Inates dans le même secteur, qui avait fait 71 morts.

Publicité

C’est le poste militaire de Chinagoder, à 10 km de la frontière malienne, qui a été attaqué à 13 heures locales. « Ils ont voulu récidiver comme à Inates, mais ils ont échoué », c’est ainsi que s’est exprimé un officier supérieur de l’armée nigérienne qui a requis l’anonymat. Comme à leurs habitudes, les jihadistes sont venus en grand nombre et lourdement armés.

Deux colonnes ont attaqué la position des soldats. Plusieurs véhicules lourdement armés sont arrivés du côté ouest, direction Akabar au Mali. La seconde, essentiellement composée de plusieurs dizaines de motos, est venue du côté est de la forêt de Ikrafane au Niger. Les garçons ont bien tenu leur position, selon une source au ministère de la Défense, ce qui explique le bilan meurtrier très lourd.

Appui aérien

Malgré le réseau de téléphonie mobile rendu inopérant par les jihadistes, en raison du pilonnage et de la destruction du réseau GSM dans le village de Dareydey, les soldats nigériens ont pu donner l’alerte par radio. L’appui aérien a ensuite fait la différence, selon des sources sécuritaires.

Presque vingt minutes après l’alerte, une patrouille de Mirage 2000D de Barkhane a décollé et est intervenue en appui des forces armées nigériennes en réalisant un « show of force », c’est-à-dire avec des passages très bas de chasseurs et à grande vitesse sur la zone de combat pour faire peur à l’ennemi et l’avertir que le prochain tour lui sera fatal. Les jihadistes ont été mis en déroute dès les premiers survols.

Pas de revendication

Selon une source ministérielle nigérienne, les assaillants en déroute auraient été frappés par des drones reaper américains. Cela a permis, dit-on, de limiter la casse. Pour reprendre les termes d’un officier nigérien : « Les drones américains ont fait du bon boulot. Ils ont effectué deux frappes importantes, l’une sur une colonne de véhicules de jihadistes et la seconde, sur un groupe de motos de terroristes qui tentaient de fuir ».  63 terroristes auraient été neutralisés, selon le bilan officiel.

L'attaque n'a pas été revendiquée, mais les groupes armés terroristes, en particulier l'EIGS, sont très actifs dans la zone des trois frontières. Le Niger où les militaires américains sont également très présents, le pays accueille notamment une importante base de drones à Agadez. Cette attaque de Chinagodar s’est produite à 72 heures du sommet de Pau en France où les chefs d’État du G5 Sahel et leur homologue français clarifieront leur position.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.