Accéder au contenu principal
Libye

Libye: les forces du maréchal Haftar annoncent un cessez-le-feu

Le maréchal Khalifa Haftar.
Le maréchal Khalifa Haftar. Abdullah DOMA / AFP

Les forces de l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Haftar, ont annoncé samedi un cessez-le-feu à partir de dimanche 00h00 (22h00 TU), conformément à l'appel lancé mercredi de Moscou et Ankara.

Publicité

Les forces du maréchal Haftar ont prévenu toutefois dans un bref communiqué, que la « riposte sera sévère en cas de violation de la trêve par le camp adverse », en allusion aux forces du gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU et basé à Tripoli.

Plongée dans le chaos depuis 2011, la Libye est divisée en deux camps rivaux entre le gouvernement d'accord national (GNA), qui siège à Tripoli et qui est reconnu par la communauté internationale, et un gouvernement parallèle soutenu par le maréchal Khalifa Haftar, dans l'est du pays.

Les deux camps bénéficient du soutien politique et militaire de puissances régionales et internationales, à l'image notamment de la Turquie qui appuie le GNA dirigé par Fayez el-Sarraj et de la Russie qui soutient les forces du maréchal Haftar.

Lors d'une rencontre mercredi à Istanbul, le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan avaient appelé à l'instauration d'un cessez-le-feu en Libye à partir de dimanche minuit et exhorté les belligérants à s'asseoir à la table de négociations pour parvenir à la paix.


La crise en Libye inquiète la Tunisie

Après la prise par les troupes du maréchal Haftar de la ville de Syrte en début de semaine, le pays se prépare à l’arrivée de personnes fuyant les combats. Plusieurs réunions de crise ont eu lieu au plus haut niveau pour anticiper l’arrivée de milliers de déplacés. En 2011, Tunis estime avoir reçu plus d’un million de personnes en provenance de Libye. Aujourd’hui le seuil des 300 personnes vulnérables par jour arrivant sur le sol tunisien n’est pas atteint, mais la réponse est prête à être déclenchée, comme l’explique Diego Zorrilla, coordinateur des Nations unies en Tunisie.

« Les Nations unies ont un mécanisme de réponse aux urgences très rodé, très huilé. On a des mécanismes pour mobiliser des ressources financières, humaines, pour mobiliser des stocks. La Tunisie bénéficie du fait d’être très proche de nos centres de ravitaillement.

Notre base de réponse humanitaire principale se trouve à Genève, qui est à une heure de vol de Tunis. Donc on a toute la capacité pour mobiliser les ressources au niveau régional et au niveau global pour venir en appui à la Tunisie comme on l’a fait en 2011, comme on l’a fait en 2014 si une crise venait à se déclarer. Entre-temps il y a beaucoup d’autres crises qui existent déjà, ces crises-là sont celles qui sont prioritaires maintenant. Celle des personnes de la Libye venant en Tunisie ne s’est pas déclarée pour l’instant. On est dans une phase préparatoire, dans une phase d’alerte, on est dans une phase de discussions avec le gouvernement pour la mise en place des mécanismes de coordination nécessaires avec aussi les partenaires humanitaires ici en Tunisie et avec les bailleurs de fonds qui pourraient être intéressés. Mais pour l’instant on n’a pas déclenché de réponse, car pour l’instant il n’y a pas d’urgence. »

Un lieu pour la mise en place d’un camp capable d’accueillir 25 000 personnes est en préparation, il a été identifié par les autorités tunisiennes dans le sud tunisien, dans le gouvernorat de Tataouine.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.