Accéder au contenu principal
Togo

Sept pays africains s'engagent contre le trafic de faux médicaments

L'OMS estime que 30 à 60% des médicaments commercialisés en Afrique sont des contrefaçons.
L'OMS estime que 30 à 60% des médicaments commercialisés en Afrique sont des contrefaçons. AFP

Ce samedi 18 janvier, lors d’un sommet à Lomé, les chefs d’État de sept pays d’Afrique (Togo, Congo-Brazzaville, Ouganda, Niger, Sénégal, Ghana, Gambie) ont pris l’engagement de criminaliser de manière plus harmonisée le trafic de faux médicaments.

Publicité

C’est un grand point de départ pour une action politique en Afrique : régler le problème d’accès à des médicaments sûrs, abordables et arrêter la commercialisation des faux médicaments. « Pour la première fois, elle est portée par des États africains, elle repose sur un fondement politique fort », a déclaré Faure Gnassingbé, le président du Togo.

Ravages sanitaires

Très lucratif avec près de 85 milliards de dollars (environ 77 milliards d'euros) en 2010, le trafic de faux médicament atteindra 500 milliards de dollars (plus de 450 milliards d'euros) dans trois ans, selon les prévisions, et fait des ravages sanitaires.

► À écouter aussi : Abdou Niang : les faux médicaments « accroissent la mortalité »

La déclaration de Lomé a pour but de criminaliser le trafic de faux médicaments dans l’ensemble des pays africains. À l’issue du sommet, une déclaration politique est adoptée. C’est le Professeur Moustafa Mijiyawa, ministre de la Santé et de l’Hygiène publique qui a lu la déclaration, dont voici un extrait : « Donnant mandat à nos gouvernements de travailler à la finalisation de l’accord-cadre sur la criminalisation du trafic des produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés figurant en annexe de la présente déclaration. »

Vers de nouvelles infractions

« Cette déclaration devra conduire très rapidement à un accord-cadre », selon Jean-Louis Bruguière, juge antiterroriste français, membre du Conseil consultatif de la Fondation Brazzaville, membre du Comité de pilotage sur les médicaments de qualité inférieure et falsifiés. « Une des missions de cet accord-cadre [sera de] créer des infractions nouvelles assorties de peines plus lourdes », poursuit le magistrat français.

Un grand absent à cette messe de Lomé, le Nigeria, grand pourvoyeur de faux médicaments. Mais le ministre togolais de la Santé rassure : un travail de plaidoyer se fait, tous les pays rejoindront le groupe pour lutter efficacement contre ce fléau.

Lutte contre les faux médicaments: Brazzaville veut prendre des initiatives

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.