Accéder au contenu principal

L'armée burkinabè va former des civils volontaires pour défendre le pays

L'armée burkinabè va former des civils volontaires à la défense face aux terroristes.
L'armée burkinabè va former des civils volontaires à la défense face aux terroristes. © ISSOUF SANOGO / AFP

Alors que 36 civils ont été tués, lundi 20 janvier, dans la province du Sanmatenga (centre-nord du Burkina Faso), le projet de loi pour le recrutement de civils volontaires a été adopté.

Publicité

Avec notre correspondant à Ouagadougou, Yaya Boudani

Cela ressemble à la formation de groupes d’auto-défense, mais officiellement ce seront des volontaires pour la défense de la patrie. Ces volontaires recevront une formation militaire initiale pendant quatorze jours. Ils seront formés par des spécialistes sur l’armement, sur les tactiques de base, c’est-à-dire les embuscades, sur la gestion d’un poste d’observation, l’éducation civique et morale, les règles de discipline, les principes d’usage des armes et le respect des droits de l’homme.

Sur le terrain, ils auront un équipement spécifique composé d’armes légères, de moyens de communication et de moyens d’observation. Leur tâche sera de fournir des informations et de défendre le territoire au niveau de leur lieu de résidence en cas d’attaque, en attendant bien sûr que les forces de défense et de sécurité s’y déploient, a indiqué le ministre de la Défense, Chérif Sy.

►À écouter aussi : Appels sur l'actualité - [Vos réactions] Burkina Faso : des volontaires pour lutter contre le terrorisme

Pour éviter que ce volontariat ne contribue à alimenter des réseaux terroristes, le recrutement sera suivi d’une enquête de moralité et sera encadré jusqu’au niveau de la région militaire. Et ces volontaires seront responsables devant les juridictions des actes répréhensibles commis au cours de leurs missions, selon ces textes.

« Nous voulons éviter que ces volontaires soient des milices », a expliqué Chérif Sy face aux députés. Ce projet de loi avait été annoncé le 7 novembre 2019 après une autre attaque sanglante.


Beaucoup d'interrogations restent entières

« L'idée d'impliquer le citoyen à cette cause nationale est une bonne chose, mais ce sont les modalités et la mise en œuvre qui nous inquiètent », explique-t-on du côté de la société civile. Est-ce qu'introduire une forme de confusion entre civils et militaires ne risque pas d'exacerber la violence des jihadistes  contre les civils ? s'interroge un expert en sécurité.

L'opposition se rallie au gouvernement. Par patriotisme...

Autre question importante : n'est-ce pas une façon d'intégrer en leur donnant un cadre légal et légitime, les koglweogo, ces milices qui se rendues coupables d'exactions ces dernières années ?

Que faire face aux risques de dérives (de racket, de règlement de compte) dans les villages et comment se passera la collaboration avec l'armée? 

Enfin, à l'approche des élections, ces volontaires ne risquent-ils pas de servir de relais au parti au pouvoir ?

On craint qu'ils puissent causer des actes qui ne sont pas recommandables...

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.