Accéder au contenu principal

Burundi: le général Ndayishimiye candidat du CNDD-FDD à la présidentielle

Le siège du parti du président au pouvoir, le CNDD-FDD à Bujumbura.
Le siège du parti du président au pouvoir, le CNDD-FDD à Bujumbura. AFP PHOTO/PHIL MOORE

Au Burundi, la vie politique s’apprête à tourner la page de l’ère Nkurunziza. L’actuel président ne briguera pas de nouveau mandat. Le parti au pouvoir a tenu son congrès, ce dimanche 26 janvier, à Gitega, la nouvelle capitale du pays. Les centaines de délégués du CNDD-FDD, le parti au pouvoir, ont désigné le général Évariste Ndayishimiye pour porter les couleurs du parti, en vue de la présidentielle prévue le 20 mai 2020.

Publicité

Plusieurs noms circulaient mais c’est celui du secrétaire général du parti qui a été retenu. Le général Évariste Ndayishimiye essayera ainsi de succéder au président sortant, Pierre Nkurunziza lors de la présidentielle du 20 mai prochain.

Le président Pierre Nkurunziza, comme promis, vient donc de passer la main. L’affaire a été rondement menée. Cela s’est passé en à peine trois heures, dans la matinée de ce dimanche, lors d’un congrès du parti réuni en huis clos et qualifié d'historique. Il s’est déroulé dans une ambiance de fête ponctuée de nombreux discours, de prières et de chansons à la gloire du CNDD-FDD et de « Dieu tout puissant » à qui ils assurent avoir donné « la première place » dans leur parti.

Signe que tout était joué d’avance, le choix du général Évariste Ndayishimiye comme candidat du parti au pouvoir à la présidentielle de mai prochain n’a pris qu’une petite heure, mettant ainsi fin au faux-suspens entretenu depuis des mois par l’ensemble de la classe politique et les réseaux sociaux.

En réalité ce choix a été opéré il y a longtemps, officiellement par le Conseil des sages, l’organe de décision du CNDD-FDD présidé par Pierre Nkurunziza, avec l’aval du groupe de généraux issus de l’ex-principale rébellion hutu du Burundi aujourd’hui au pouvoir. C’est une sorte de junte militaire qui contrôle en sous-main tous les leviers du pouvoir dans ce pays.

Un des hommes-clés du CNDD-FDD

Le général Évariste Ndayishimiye est un des hommes-clé du système CNDD-FDD, depuis le maquis jusqu’à nos jours. Il est né en 1968 dans cette même province de Gitega où se tient le congrès. Il a rejoint la rébellion du CNDD-FDD en 1995, après le massacre des étudiants hutus de l’université du Burundi et il va gravir tous les échelons au sein de cette rébellion. Il en est un des principaux chefs militaires à la signature de l’accord global de cessez-le-feu en 2003. Depuis, il a toujours occupé de hautes fonctions telles que ancien ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, chef de Cabinet militaire et puis chef de Cabinet civil du chef de l’État.

Fidèle au tournant évangélique pris par le CNDD-FDD depuis le début de la crise de 2015, Évariste Ndayishimiye a assuré que Dieu le Tout-Puissant lui a envoyé depuis un certain temps des « signes » qui lui montrent qu’il a été choisi pour ce « destin hors du commun ». Le dernier en date, « un pigeon s’est posé sur la tête de (sa) épouse il y a quelques jours », a révélé le n°2 du parti au pouvoir, avant d’accepter d’être le candidat de son parti « sans aucune hésitation », a-t-il dit.

Dieu m’a montré de nombreux signes, mais ce n’est qu’aujourd’hui que je comprends la signification de certains de ces signes. Tenez, il y a quelques jours, on a vu tout à coup un pigeon se poser sur la tête de mon épouse, beaucoup de gens ont assisté à la scène. C’est aujourd’hui que je viens de comprendre que Dieu était en train de nous transmettre son message. Vous l’avez vu aujourd’hui, lorsque son excellence notre Guide permanent allait donner le nom de celui qui a obtenu la confiance des militants et du Conseil des sages, vous avez vu qu’une petite pluie est tombée. C’est un signe incontestable que la décision qui vient d’être prise ici est une décision qui émane de Dieu lui-même. Pour tout cela, j’ai l’honneur d’annoncer devant Dieu le tout puissant et devant vous, que j’accepte sans aucune hésitation l’honneur que vous me faites en me présentant aux Burundais pour qu’ils m’élisent au nom de notre beau parti CNDD-FDD, pour présider à leur destinée à partir de mai 2020.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.