Accéder au contenu principal

Congo-B: des ONG exigent la libération de cinq activistes de mouvements citoyens

Vue de Brazzaville, capitale du Congo. (image d'illustration)
Vue de Brazzaville, capitale du Congo. (image d'illustration) Wikimedia/Jomako

Regroupées au sein de la plateforme d’organisations de défense des droits de l’homme et la démocratie, des ONG congolaises ont dénoncé samedi 1er février l’arrestation « arbitraire » survenue en novembre et décembre 2019 de cinq jeunes activistes des mouvements Ras-le-bol et Incarner l’espoir. Elles ont surtout exigé leur libération immédiate.

Publicité

Tous ces jeunes sont détenus à la maison d’arrêt de Brazzaville. Un activiste du mouvement citoyen Ras-le-bol a été formellement accusé d’incitation aux troubles à l’ordre public, tandis que quatre militants du mouvement Incarner l’espoir, dirigé par Andréa Ngombet, un Congolais de la diaspora, candidat déclaré à la présidentielle de 2021, sont accusés d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État.

« Il s’agit là des chefs d’inculpation fantaisistes », selon Alex Dzabana Wa Ibaka et Joe Washington Ebina, tous deux défenseurs des droits de l’homme. « C’est tellement farfelu que nous pensons que ça cache quelque chose ; c’est-à-dire qu’il s’agit d’empêcher la libre expression des citoyens », a estimé Alex Dzabana Wa Ibaka. « C’est incompréhensible. Nous ne comprenons pas et on ne peut pas mélanger (les inculpations) », s’est indigné pour sa part M. Ebina.

Freeman Bouka, membre de la coordination de Ras-le-bol a appelé à la libération immédiate et sans condition des détenus. « Notre appel est de les libérer purement et simplement parce qu’ils n’ont rien fait. Leur engagement n’est pas un crime. Le fait d’appartenir à une association n’est pas un crime ; encore moins à un parti politique ».

« Les jeunes ont été arrêtés et inculpés parce qu’ils ont commis. Les problèmes de justice ne se règlent pas par des déclarations désobligeantes. Le moment venu les inculpés prendront des avocats pour leur défense », a réagi une source judiciaire requérant l’anonymat

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.