Accéder au contenu principal

La désignation du futur patron de la Zlecaf à l’agenda du sommet de l’UA

Le 21 mars 2018, 44 pays de l'Union africaine réunis au Rwanda avaient signé l'accord créant la Zlecaf.
Le 21 mars 2018, 44 pays de l'Union africaine réunis au Rwanda avaient signé l'accord créant la Zlecaf. ©STR/AFP

Les chefs d’État africains commencent à arriver à Addis Abeba pour le 33e sommet de l'Union africaine qui se tient dimanche et lundi dans la capitale éthiopienne. Un sommet au cours duquel les chefs d’État doivent désigner le futur patron de la Zlecaf, la zone de libre-échange continentale, officiellement lancée le 1er juillet dernier.

Publicité

Le premier secrétaire général de la Zlecaf sera-t-il d’Afrique du Sud, du Nigeria ou de RDC ? Selon plusieurs sources, les candidats de ces trois pays sont sur la short-list. Les chefs d’État devront choisir. On sait déjà que c’est la ville d’Accra au Ghana qui abritera le siège.

Lors de ce sommet, le président nigérien Mahamadou Issoufou doit présenter un rapport d’étape. D’après plusieurs négociateurs, à ce jour, les discussions sur le commerce des marchandises sont terminées.

D’ici au 1er juillet prochain, les États doivent déposer leur calendrier de démantèlement tarifaire : 90 % des marchandises libéralisées dans un délai de 10 ans.

Les négociations sur le commerce des services sont en revanche toujours en cours. Elles sont censées prendre fin en décembre 2020 dans cinq secteurs prioritaires : la communication, les transports, la finance, le tourisme et les services professionnels.

Principal obstacle selon un expert : le respect des règles d’origine, celles qui définissent la provenance des produits qui auront été libéralisés afin d’éviter les fraudes à la réexportation.

« En juillet dernier, au lancement officiel, c’était la poésie, l’Union africaine doit maintenant s’attaquer à la prose », ironise un diplomate.

► À lire aussi : La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?


■ « Capitaliser les expériences acquises »

Pour le commissaire à l'Économie de l'Union africaine, le Malgache Victor Harison, il faudra s'appuyer sur les expériences passées, car les zones de libre-échange ne sont pas une nouveauté sur le continent.

Pour moi, la meilleure manière pour faire réussir la zone de libre-échange continentale c’est de capitaliser les expériences acquises au niveau de certaines communautés économiques régionales.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.