Accéder au contenu principal

Mike Pompeo au Sénégal: la présence militaire américaine reste en suspens

L'Américain Mike Pompeo et son homologue sénégalais Amadou Ba en conférence de presse à Dakar, le 16 février 2020.
L'Américain Mike Pompeo et son homologue sénégalais Amadou Ba en conférence de presse à Dakar, le 16 février 2020. William de Lesseux/RFI

Cinq protocoles d’accord économiques ont été signés à l'occasion de la visite du secrétaire d'État à Dakar. Les Américains vont ainsi construire l’autoroute qui reliera la capitale sénégalaise à Saint-Louis. Il a aussi été question de sécurité, à l’heure où les États-Unis évoquent, sans le confirmer, une réduction progressive de leur présence militaire en Afrique subsaharienne.

Publicité

Avec notre correspondant à Dakar, William de Lesseux

Aux côtés de Mike Pompeo, son homologue le ministre sénégalais Amadou Ba semble déjà avoir fait le deuil de la présence militaire opérationnelle de l'Amérique en Afrique subsaharienne.

« Les États-Unis nous ont fait part effectivement de leur volonté de retirer les forces combattantes, mais cela ne signifie pas pour nous le retrait des forces américaines, affirme Amadou Ba. Nous avons parlé de la nécessité d'être présent dans la zone. Nous souhaitons que les Américains soient présents dans la zone. Nous souhaitons que les Américains continuent de nous aider dans le domaine de la sécurité, dans le domaine de la formation, dans le domaine de l'enseignement. »

« Un résultat qui marche pour tout le monde »

Mike Pompeo s’est ensuite voulu rassurant. Oui, le Pentagone examine bien les possibilités d’une diminution de l’engagement militaire des États-Unis. Mais le secrétaire d'État n’a pas souhaité faire d’annonce.

« Je suis convaincu que lorsque nous aurons terminé cet examen, nous en discuterons non seulement avec le Sénégal, mais avec tous les pays de la région, a assuré Mike Pompeo. Nous discuterons des raisons de ce que nous faisons, de la manière dont nous le faisons, et nous parviendrons à un résultat qui marche pour tout le monde. »

Nous avons eu beaucoup de discussions à propos de la sécurité de la région, à propos du rôle des Américains. Nous ferons ce qu’il faut. Nous ferons ce qu’il faut ensemble, je suis convaincu de cela. Je n’ai pas d’annonces à faire, mais le Sénégal doit savoir que, collectivement, les Sénégalais, les forces de la région, les partenaires européens, les Français et nous les Américains, nous avons le devoir de rétablir la sécurité dans la région. C’est pourquoi nous permettons le développement économique des pays et je suis déterminé pour poursuivre cela. Je suis convaincu que quand nous aurons terminé cet examen, nous en discuterons, non seulement avec le Sénégal, mais tous les pays de la région, nous discuterons des raisons de ce que nous faisons, de la manière dont nous le faisons, et nous parviendrons à un résultat qui marche pour tout le monde.

Mike Pompeo qui a souligné que la menace terroriste au Sahel concernait aussi les États-Unis. Des discussions sont également en cours avec le Sénégal en vue de poursuivre la formation des forces armées.

Le diplomate américain a quitté le Sénégal dans la soirée ce dimanche 16 février. Il a rejoint l’Angola pour la suite de sa tournée africaine. Une tournée également économique.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.